Arts et Expos Remarquable exposition monographique du peintre Pieter Vermeersch au M-Museum.

Pour cette première grande exposition monographique muséale, Pieter Vermeersch (Courtrai, 1973 - vit et travaille à Bruxelles et Turin), selon un principe bien ancré dans sa démarche, ne réalise pas un accrochage de ses œuvres mais prend possession des lieux qui lui sont attribués. En tenant compte des éléments architecturaux, de la lumière, des perspectives offertes, des volumes et des surfaces murales, il crée un projet global dans lequel ses peintures sur divers supports participent d’un tout dans lequel chaque intervention entre en relation fusionnelle avec l’ensemble. Un premier parcours général dans l’exposition permet d’appréhender les éléments fondateurs d’un art de l’espace confronté à une temporalité dilatée. Ces deux composantes d’un cheminement qui est la fois pictural, photographique, sculptural, voire architectural, livrent une impression d’infinitude. Le passé et le présent s’y côtoient et s’amalgament, tout comme le vide et le plein, l’absence et la présence, la blancheur lumineuse et la couleur, la matérialité et la pure abstraction. L’expression artistique trouve en cette réalisation globale un épanouissement qui la place hors catégorie.

Une esthétique sereine

Dès la première salle, où domine la sobriété et où s’impose un silence, le sens visuel est sollicité et induit d’office une imprégnation du regardeur qui se retrouve plongé dans un espace enrobant et se sent attiré par une sonorité chromatique d’un léger rose. Un mur, en matériau de construction brut, blanc, traverse en biais une partie du volume architectural et appelle à la découverte de la partie cachée. On passe de la sorte à une sensation couleur quasi impalpable à un remodelage spatial. L’artiste a pris possession du lieu par des interventions non fonctionnelles, abstraites, qui modulent la luminosité et restructurent, qui imposent un itinéraire de découverte, attiré que l’on est par ce qui se trouve accroché au mur et par la partie invisible. On est saisi par une ambiance enveloppante et une esthétique minimaliste apaisante autant que sereine. Dans d’autres salles, les peintures murales seront bleues ou jaunes. Toujours en ces dégradés des plus subtils à la vision desquels le temps s’écoule sans se compter. Lentement, dans une sorte de félicité. Et d’autres constructions, en blocs blancs ou en briques jaunâtres striées, rythmées, déconstruisent l’espace initial et le remodèlent. Multiplient les points de vue.

Harmonie et perfection

Dans cette architecture repensée, Pieter Vermeersch distille, accrochées au mur ou simplement posées, ses peintures. Au départ, et parfois à l’arrivée, elles sont photographiques. Les supports varient, de la toile au papier jusqu’au marbre. Manipulée par l’artiste, la photo devient une abstraction chromatique très délicatement graduée en fines nuances. Ni début, ni fin. Des espaces quasi intangibles quelles que soient leurs dimensions. Elle est, dans cette même subtilité, ingénieusement reportée picturalement sur le support choisi. En contraste sur la matérialité du marbre, en infinie beauté sur toile ou papier. Sans motif, si ce n’est, dans les marbres, les veines de la pierre. Le naturel (hyperréaliste) et l’artificiel des couleurs (abstraction) dialoguent, mélangent et cristallisent le temps. Celui millénaire et indéfini de la pierre et celui du présent (déjà passé), du polissage et de la touche de peinture. Seul le futur est figé. Si tout en cette pratique est rigoureusement prévu, méticuleusement exécuté jusqu’à la perfection du rendu, l’adjonction de ponctuations picturales est en revanche intuitive au niveau des coloris.

La grande singularité de cette exposition, où sont présentes une multiplicité de propositions picturales et sculpturales, réside dans la contraction en un tout unique et harmonieux de ces nombreux incitants visuels. La complexité spatiale et temporelle trouve sa plénitude dans un projet global.

>>> Pieter Vermeersch. Exposition monographique. Commissaire : Eva Wittocx. M-Museum, M.L. Vanderkelenstraat, 28, 3000 Leuven. Jusqu’au 11 août. De 11 h à 18 h. Jeudi jusqu’à 22 h. Fermé le mercredi. www.mleuven.be