Arts et Expos

L’exposition Wim Delvoye débute dès le grand hall avec la carrosserie de Maserati 450 S achetée sur Internet et qu’il a fait totalement gravée par des artisans iraniens avec des motifs traditionnels musulmans dessinés sur ordinateur. Dans les salles d’art ancien, on voit encore deux valises Rimowa customisées aussi ainsi. On sait comment l’artiste interroge sans cesse ce qu’est l’objet d’art dans la foulée de Duchamp et jette des ponts ici entre Orient et Occident. Il évite en réalité toujours toute provocation flamboyante, préférant toujours jouer sur l’ambiguïté, le double sens, l’humour, jouant sur la frontière entre arts décoratifs et arts dits "nobles", entre art populaire et art "chic", entre artisanat et la très haute technologie que réclament ses oeuvres.