Arts et Expos

On connaît le triomphe du festival de musique électronique Tomorrowland qui, encore cette année, a attiré dans le parc de 75 hectares, De Schorre à Boom, 180000 fans venus, dit-on, de 214 pays. Le sculpteur belge Arne Quinze (né en 1971 et qui vit à Laethem Saint-Martin), fut séduit par ce mélange de toutes les nationalités autour de la musique, par ce phénomène né il y a neuf ans à peine (au départ, il n’y eut que 9000 spectateurs).

On sait que l’artiste a commencé dans le graffiti dans les années 80, avant de concevoir des structures de bois éphémères, de plus en plus grandes qu’on a vu peu à peu apparaître: devant le Parlement flamand (le rouge « The Sequence » aujourd’hui enlevé), à l’avenue de la Toison d’or (« Cityscape »), sur un pont sur la Seine à Rouen (« Camille »), sur la digue d’Ostende en 2012 (« Rockstangers », rochers rouges ou boîtes rouges chiffonnées), jusqu’au désert du Nevada (« Uchronia ») et à Shanghai (« Red Beacon ») où il passe dorénavant une partie de son temps.

Pour 8,7 millions d’euros, il se propose de construire sur le site du festival pour le dixième anniversaire de Tomorrowland en 2014, un pont piétonnier accessible à tous, de 537 m de long, avec 160 tonnes de bois dur tropical et 750 tonnes d’acier. Sur ce pont qui veut symboliser la fraternité universelle, il dressera une sculpture qui rappelle la victoire de Samothrace au Louvre.

Le projet sera réalisé aussi par tous les fans du festival (« crowdfunding ») et les fans d’Arne Quinze qui le veulent. Il propose que chacun qui le désire lui envoie un graffiti, un message, un tag (contre un coût de 10 à 40 euros selon le type d’inscription souhaitée) qui se retrouvera sur une latte de bois du pont. Tous les détails sont sur le site créé pour cette opération www.peopleoftomorrow.com. Le bénéfice sera affecté à Human Rights watch, dit-il.

Arne Quinze espère réunir 210000 messages, 210000 contributeurs, un nouveau record. Les premiers messages venus des habitants proches, de Boom et de Rumst seront gratuits.

Ce pont appelé « One world by the people of tomorrow » sera inauguré en juin 2014.