"Si on ne fait rien maintenant, alors on ne fera jamais rien”. Isabelle Anspach, conservatrice de la Villa Buuren n’a pas le temps de programmer des vacances persos, non non, elle a un autre rôle à jouer cet été. Marquée qu’elle a été, dit-elle, par les propos de Nathalie Uffner, directrice du Théâtre de la Toison d’Or dans les médias. “À un journaliste qui lui disait que les artistes avaient le besoin de jouer pour vivre, la femme de théâtre a répondu : ‘Ils ont surtout besoin de bouffer’”. Une phrase choc qui fait germer une idée dans le chef de la conservatrice des musée et jardins Van Buuren : donner aux artistes libre accès à une scène estivale. “L’entreprise belge Organic Concept nous prête une tente du 18 juillet au 16 août, et nous l’installons au cœur des jardins de la Villa”. Et, finalement, le concept est simple : les artistes qui ont une proposition sous le coude s’inscrivent à l’agenda de Van Buuren Solidaire. Solidaire, parce que la Villa accueille, mais ne touche rien. La totalité des cachets revient aux artistes qui se donnent à voir. “On prend zéro, le ticketing est géré par les artistes eux-mêmes, même si, évidemment, pour avoir des infos, ou bien s’inscrire à la programmation, la secrétariat de la villa demeure le point de contact”.

Une programmation à inventer, intense et diversifiée

Et la programmation se remplit gentiment. Les suggestions sont d’ores et déjà emballantes. Un concert de guitare solo, le 29 juillet, par Quentin Dujardin, du jazz avec Les Lundis d’Hortense, de la harpe, de la musique du monde, le tout à prix copain. “Nous accueillons aussi, dans une formule plus inédite, l’asso Patrimoine à Roulettes pour un stage à destination des plus jeunes. L’idée : sensibiliser les plus jeunes à l’art à travers la nature”. Cela aura lieu du 9 au 14 août. Mais disons que la formule recherchée – puisqu’il est bien question, ici, d’un appel aux artistes – privilégie les événements artistiques en soirée. “Jusqu’à la tombée de la nuit”, puisque, sous la tente, point d’électricité. On vit la culture au jardin, sans artifice, mais avec des surprises tous les soirs. Saviez-vous, par exemple, que le poète Federico García Lorca avait été compositeur ? “Il a inventé des très jolies mélodies sur un coin de table”, qu’Émilie Tack, mezzo-soprano, viendra interpréter en compagnie du guitariste Fabricio Rodriguez, le 14 août.

Côté jauge, notez que 50 personnes peuvent tenir assises dans la coquette tente organique sise dans les jardins années 1930, et ce, en respectant les règles de la distanciation sociale en vigueur. Alors, certes pas de restauration possible sur place, les événements seront dans une formule courte (1heure, intense !), mais l’époque est à la diversité pour Isabelle Anspach, qui entend bien ouvrir sa tente à l’art vivant dans sa multiplicité. Pourquoi pas de conteurs ? Pourquoi pas des conférences ? Pourquoi pas des performances de hip-hop, des expos éphémères ? “Les artistes peuvent venir vers nous, nous relaierons leurs références sur le site de la Villa, sur Instagram”. Le programme n’est pas complet. Mais le rendez-vous ucclois déjà donné, au 41 de l’avenue Léo Errera, cet été.

Infos artistes : anspachi@skynet.be, info@museumvanbuuren.be ou 0475 62 49 62.
Rés. pour les événements www.museumvanbuuren.be/fr/