Il a fait parler de lui au début des années 70 en se faisant tirer une balle dans le bras par un ami, et ce n’était que le début d’un nombre d’expériences, extrêmes comme on dit aujourd’hui, par lesquelles il se met à l’épreuve physiquement. Entre défi personnel, art corporel, performance, l’Américain Chris Burden (Boston, 1946 - travaille à L.A.), qui n’a jamais exposé en Belgique en solo, a toujours cherché à impressionner à chaque fois qu’il intervient, soit par l’audace de son projet, soit par l’ingéniosité qu’il déploie dans ses constructions ou dans certaines de ses vidéos dont on peut voir une intéressante sélection des années 70 dans le château du Middelheim.

On pourrait se demander à quoi riment ses ponts, maquettes de métal de célèbres ponts : le Victoria Falls Bridge, celui de la Tour de Londres ou celui du Gard, considérés comme des prouesses architecturales. Réalisées exclusivement en pièce de Meccano ou d’Erector (le jeu de construction équivalent américain), elles sont regardées comme une sorte d’exploit sculptural, étant donné les contraintes. Soit, ce sont de belles applications, mais on leur préférera, par exemple, la vidéo Metropolis (2004) dans laquelle l’artiste imagine la mobilité dans une ville imaginaire du futur. Le train monorail surplombe un réseau complexe de monoroutes pour voitures autoguidées. Le tout, pour les besoins du film, a été réalisé selon le même principe d’emprunt de pièces à des jeux aussi répandus que le Lego, le Playmobile ou autres semblables.

Préoccupations et projets d’avenir s’y expriment de manière ludique, utopique sans doute, mais peut-être visionnaire. La pièce la plus spectaculaire, le Beam Drop, qui restera permanente dans le parc de sculptures, est constituée d’énormes poutres en acier dressées de façon totalement désordonnée dans un rectangle de béton. L’aléatoire de cette sculpture de matériaux bruts est le résultat d’une performance très technique imaginée et guidée par l’artiste, et dont la première réalisation a eu lieu à New York au Lewiston Art Park en 1984.

Le 30 mai dernier, on a pu voir en live cette impressionnante mise en place : une gigantesque grue soulevait jusqu’à 35 mètres de hauteur les poutres tenues verticalement qui, lâchées, tombaient vertigineusement pour se planter dans un bain de béton frais !

Chris Burden. Sculptures et vidéos. Middelheimmuseum, Middelheimlaan, 61, 2020 Anvers. Jusqu’au 27 septembre. De 10 à 21h, jusqu’à 19h à partir de septembre. Fermé le lundi. Accès gratuit.