Période de transition pour le Frac Nord-Pas de Calais depuis le départ de la directrice Hilde Teerlinck et la désignation d’un directeur intérimaire en la personne de Richard Leydier chargé des projets artistiques. Les activités se poursuivent néanmoins et plusieurs expositions s’y tiennent, toutes basées sur des œuvres de la collection, ce qui n’entraîne aucun recours à des emprunts extérieurs onéreux. L’avantage est de sortir les œuvres des réserves et de les faire vivre à travers les initiatives des commissaires. Et fort heureusement la collection est très riche. Deux initiatives en cours méritent actuellement une visite dans ce gigantesque bâtiment aux impressionnants plateaux avec vue sur la ville, les plages et la zone portuaire.

De l’hôtel…

Au rez-de-chaussée, sous commissariat de Klara Wallner l’expo "Hôtel Dunkerque" se présente tel le salon d’accueil d’un grand hôtel meublé par des designers et décoré par des artistes plasticiens. Une réalisation originale qui rend l’art convivial et le fait entrer dans le quotidien puisque les clients de l’hôtel ne doivent plus se rendre au musée pour côtoyer les œuvres d’art. L’idée de supprimer toute hiérarchie entre les arts appliqués et les beaux-arts, jusqu’à créer parfois la confusion des disciplines, rejoint aussi en quelque sorte le projet du Bauhaus des années vingt dans le rêve d’un art qui gagnerait tous les aspects créatifs, des objets les plus usuels aux peintures et sculptures en passant par l’architecture. L’agencement est habile, très fourni, tient le coup malgré l’énorme diversité stylistique et de propos. Pas certain dans la réalité que des photos de nudité féminine de Marcel Mariën puissent agrémenter un hall d’hôtel au même titre que des vases ou des fauteuils, mais c’est là aussi toute l’originalité de ce projet qui présente également les photographies d’un autre belge, Marc Trivier et un disque d’Ann Veronica Janssens.

… au paradis perdu

La seconde exposition ne vous promet pas le paradis puisqu’elle semble l’avoir perdu en suivant les pérégrinations de l’ange déchu imaginé par l’auteur anglais John Milton dans un long poème épique paru en 1667. Un ouvrage visionnaire selon le commissaire de l’expo Richard Leydier qui lui-même prend la liberté d’illustrer en quelque sorte cet écrit qu’il n’hésite pas à comparer à "La Divine comédie" de Dante ! Dans ce cas on se situe typiquement dans une mise en correspondance de textes (affichés) influençant la lecture des œuvres adjointes. Un exercice périlleux mais réussi montrant qu’une œuvre est totalement interprétable.Claude Lorent

"Hôtel Dunkerque" et "Paradis perdu". Frac Nord-Pas de Calais, 503, av. Des bancs de Flandres, 59140 Dunkerque. Jusqu’au 3 janvier. Du mercredi au dimanche de 12h à 18h.