A Bruxelles

1 to 100 years

"1 to 100 years", c’est 100 femmes et 100 hommes, de 1 à 100 ans, tous d’âges différents, photographiés par Edouard Janssens. Cela nous vaut une exposition spectaculaire de 100 mètres de long sur l’Esplanade du Berlaymont où chacun tente inconsciemment de se situer. Pile-poil pour l’année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle ! On aime cette réflexion pêchée parmi les retours à l’artiste : "Ce qui me frappe le plus, c’est que la tranche d’âge 16-25 ans, qui est souvent représentée dans les magazines, est en réalité un bref moment de notre vie. Notre vie est ailleurs, et pourtant, on nous bombarde avec cette idée sur l’importance de la jeunesse." A voir en famille ! (J-M Bo)

A l’Esplanade du "Berlaymont", à Bruxelles, jusqu’au 30 septembre. Infos : www.1to100years.com

Art is the answer

Vingt artistes et designers libanais - souvent jeunes, souvent des femmes - exposent à la Villa Empain. Ils témoignent de la folle créativité à Beyrouth. Avec le travail remarquable des frères Ayman et Said Baalbaki. Le premier a pour sujet les immeubles des snipers dont il ne reste que les squelettes vides ou les visages des combattants cachés par le keffieh. (G.Dt)

A la Villa Empain, à Bruxelles, jusqu’au 2 septembre. Infos : www.villaempain.com

Ô loup ! De nos campagnes à nos imaginaires

Le musée de Mariemont consacre une vaste expo au loup, aussi amusante qu’intéressante. L’essentiel est consacré, grâce à de nombreux objets et documents, à analyser les rapports de l’homme avec le loup, dans son art, son imaginaire, ses fantasmes. Une seconde expo présente des dizaines de livres pour enfants avec le loup en vedette, de Gustave Doré, illustrant le petit chaperon rouge, jusqu’à Mario Ramos. Enfin, un petit volet contemporain. (G.Dt)

Au musée royal de Mariemont, jusqu’au 2 septembre, fermé le lundi. Infos : www.musee-mariemont.be

Romanza

Malgré l’intitulé de sonexposition, on reçoit les images du photographe belge Jean-François Spricigo comme autant de courts poèmes percutants. Il ne s’agit pas ici d’un roman tranquille, mais bien d’une somme de visions quasi hallucinées qu’on nous invite à expérimenter. Animaux, personnes, paysages participent d’un rêve éveillé dans des noirs et blancs à la Mario Giacomelli. Ce n’est pas la première expo de ce jeune artiste, mais c’est bien celle où se révèle l’appropriation personnelle d’un langage partagé par des Ackerman, d’Agata, Trivier et consorts. Rien que ça ! (J-M Bo)

Au musée de la Photographie, à Mont-sur-Marchienne. Jusqu’au 16 septembre, fermé le lundi. Infos : www.museephot .be

Openairs. Sculptures gonflables

La Cité ardente reconfigurée par de drôles d’engins d’artistes gonflés à bloc. Sous la houlette du facétieux Johan Muyle, commissaire au four et au moulin, huit créateurs sans peur et sans reproche ont investi la ville de leurs sculptures tragicomiques. Une belle manière "d’estivalier" la ville avec des couleurs et de curieuses baudruches entre ciel et terre. Entendez des "gonflables" bien gonflés qui vous sillonnent le cœur urbain en y joignant la forme et la manière, toutes fantaisies de mèche. Et si Muyle se la joue corsaire et gaillard d’avant avec son "Fluctuat nec Mergitur", Orlan s’y fait pelleteuse; Plateus, chef de station de survie; Claude Levêque, capitaine de char d’opérette; Audrey Frugier, gardienne de maison; Elvis Pompilio, Monsieur Chapeau. (R.P.T.)

Dans le centre de Liège, jusqu’au 30 septembre. Une organisation de la Province. Infos : www.openairs.be