Plovdiv, en Bulgarie, étrenne son titre de capitale européenne de la culture.

La ville bulgare de Plovdiv, capitale européenne de la culture pour 2019, a lancé samedi son programme de manifestations culturelles destinées à mieux faire connaître l’une des cités les plus anciennes du continent. La deuxième ville de Bulgarie, dont les origines remontent au XIIe siècle avant J.-C., souhaite mettre en valeur son riche patrimoine thrace, romain, médiéval, ottoman, mais aussi communiste.

C’est en clin d’œil à cette période moderne de l’histoire nationale qu’a été inaugurée samedi une exposition présentant des fragments du mur de Berlin, peints par des artistes internationaux.

Dénonciation des divisions

Trente ans après la chute du Mur, "présenter cette nouvelle collection à Plovdiv a beaucoup de sens", notamment de dénonciation des divisions de l’Europe, a observé le Français Sylvestre Verger, producteur de l’exposition et ancien gestionnaire du Musée du Luxembourg à Paris.

Plusieurs centaines de visiteurs ont découvert samedi une trentaine de fragments du mur de Berlin de 1,2 mètre de haut, exposés autour des vestiges d’un ancien stade romain. Les blocs de béton sont recouverts, façon street art, de formes et de couleurs exubérantes ou de portraits de figures du rock, comme David Bowie, Iggy Pop et Lou Reed.

Trois Trabant, la voiture symbole de l’Allemagne de l’Est, ont également été peintes par les artistes Thierry Noir, Christophe-Emmanuel Bouchet et Kiddy Citny.

Cité de 350 000 habitants au sud de la Bulgarie, la ville de Plovdiv présentera au cours de l’année des dizaines d’autres expositions et spectacles, dont un concert en juin auquel participeront des artistes roms locaux. Elle invitera également des artistes d’autres pays des Balkans pour mettre en valeur les cultures du sud-est de l’Europe. Plovdiv partage cette année le titre de capitale européenne de la culture avec une autre cité antique du sud de l’Italie, Matera, connue pour ses habitats troglodytes. Alors que la côte bulgare de la mer Noire attire la majorité des touristes, Plovdiv espère cette année doubler le nombre de visiteurs étrangers. Dans la vieille ville, rénovée ces dernières années, se succèdent le long de ruelles pavées de nombreuses demeures traditionnelles des XVIIIe et XIXe siècles, décorées par les commerçants qui faisaient alors la prospérité de la ville. Parmi les vestiges romains, un millier de mètres carrés de mosaïques découverts dans deux basiliques ont été inscrits par la Bulgarie sur la liste indicative de l’Unesco dans l’espoir d’être reconnus au patrimoine mondial de l’humanité.