Dans son nouveau centre de création, la structure d’économie sociale SMart montre pour la première fois la totalité des œuvres de sa collection artistique et publie un catalogue. Cette exposition n’est pas simplement le reflet d’une singularité artistique. Elle est également l’illustration d’une politique de soutien à la création plasticienne. Et se double d’un démarquage par rapport au marché dominant de l’art contemporain trop souvent considéré en valeur de placement ou servant de décoration de grand luxe.

Une culture pour tous

Créée en 2008, la collection regroupe environ 300 œuvres d’une cinquantaine d’artistes et porte exclusivement sur les "Portraits d’artistes". Cette particularité thématique ne la rend pas simplement unique, elle place l’artiste au centre de sa pratique et dès lors devient un portrait beaucoup plus large qui met en scène autant la question de l’identité, de la représentation, de l’interprétation, que celle de la personnalité individuelle, celle du statut d’une profession à haut risque, celle des préoccupations des artistes et, par l’autoportrait, celle des interrogations existentielles ou de l’autodérision, forme de lucidité. Soit une panoplie étendue souhaitée par les protagonistes qui ont ouvert trois voies pour orienter leurs achats : le portrait des artistes, la réinterprétation des œuvres et les liens entre artistes et société. Ce qui sous-tend le tout, c’est clairement l’aspect social de cette collection à nulle autre pareille et en cela particulièrement significative et distinctive dans le champ culturel et sociétal d’aujourd’hui. La collection, nous dit à raison Julek Jurowicz, l’un des fondateurs, est "une participation citoyenne à une culture pour tous".

Vision sans œillères

En s’aventurant hors des balises d’un art contemporain formaté par son appellation qui sonne souvent comme un genre, les sélectionneurs abolissent les frontières hiérarchiques entre les artistes. Très nettement, l’exposition montre que des plasticiens peu connus abordent la thématique commune avec autant d’intelligence, de sensibilité, de singularité et de perspicacité, que d’autres reconnus nationalement ou internationalement. Ce choix délibéré casse avec l’impertinence du bon sens et la vision sans œillères les limites restrictives dans lesquelles la plupart des manifestations internationales veulent maintenir l’art de notre temps.

Un autre intérêt de cette collection est d’acquérir généralement un ensemble d’œuvres d’un même artiste, ou une série complète de travaux. C’est une garantie de saisir avec plus de profondeur la démarche de chacun. Et la commande passée à Benoît Piret de réaliser le portrait de chacun des artistes de la collection est un plus d’originalité !

On n’énumérera pas les artistes, mieux vaut les découvrir en expo. Voici seulement quelques repères afin d’inciter à la visite. On passe ainsi d’un Boltanski inattendu à un incroyable Jean-Pierre Marquet, de peintures de Philip Akkerman aux dessins de Boris Thiébaut, des ensembles de Jacques Lennep aux panneaux de Jérôme Considérant, des autoportraits de Johan Muyle aux objets connotés de Cathy Coëz...


"Portraits d’artistes". SMart, centre de création LaVallée, 37 rue Adolphe Lavallée, 1080 Bruxelles. Jusqu’au 11 octobre. Samedis et dimanches de 14h à 18h et srv. vej@smartbe.be