Un musée qui doit fermer pour rénovation-extension est loin d’être inactif. La directrice du musée d’Ixelles, Claire Leblanc, en attendant l’ouverture du musée nouveau en 2024, entendait bien faire de cette contrainte (fermeture temporaire) une opportunité: exposer hors les murs, prêter des oeuvres à d’autres lieux, organiser des animations pédagogiques dans les écoles, étudier et digitaliser complètement la collection, mais aussi atteindre de nouveaux publics possibles et étudier leurs attentes.

A l’instar de Laurent Busine qui en 2001 aux débuts du Mac’s au Grand-Hornu, avait organisé des visites chez des particuliers pour discuter autour d'une oeuvre (les goûters de l’art), le musée d’Ixelles a déjà organisé un musée comme chez soi où des oeuvres sorties des réserves sont accrochées pendant deux jours chez des voisins qui se découvrent le temps d’un week-end, conservateur, agent d’accueil et guide, tout à la fois...

Le musée franchit une nouvelle étape en questionnant directement ses publics actuels et potentiels sur la place et le rôle du musée au sein de la société avec une consultation approfondie des publics: Pourquoi allez-vous au musée ? Votre Joconde au Musée d’Ixelles, ce serait ? Vos amis et amies arrivent de l’étranger, leur recommanderiez-vous le Musée d’Ixelles ? Quelle exposition aimeriez-vous voir au Musée d’Ixelles après sa réouverture ? Le Musée d’Ixelles, créateur de liens entre les gens, oui, mais comment ?

Le Musée d'Ixelles invite chacun à participer à un sondage en ligne jusqu’au 18 avril 2021: le lien ici.
Une rencontre-forum suivra les 19 et 20 juin dédiée aux thématiques qui auront émergé des résultats du sondage avec des ateliers participatifs. Et cet automne, la réflexion se poursuivra avec des groupes focus constitués selon les besoins décelés lors des deux premières étapes (travail autour de publics ou thématiques spécifiques).

Les conclusions de l’ensemble de la consultation seront communiquées au début de l’année 2022.

Un comité d’accompagnement public composé d’un panel d’une dizaine de personnes aux profils très diversifiés (jeunes et seniors, voisins très impliqués ou personnes ne fréquentant pas encore le musée...) offre un regard critique et créatif sur l’élaboration, le suivi et la finalisation de l’ensemble de cette campagne.