Arts et Expos

Après avoir été montrée à Liège (cf. LLB du 30 juin 2005), l'exposition "Stanislas-André Steeman, maître de l'énigme" est présentée à Bruxelles, à moins de deux minutes à pied de la Grand-Place. À Liège, il y a 100 ans

On ne peut que s'en réjouir, espérant qu'elle contribuera décisivement à soustraire au purgatoire où gît l'écrivain belge considéré comme le plus grand auteur francophone de romans à énigmes, qui fut comparé à Agatha Christie, et dont l'intégrale des oeuvres parut au Masque, dans les années 1990, en six volumes d'entre 750 à 900 pages, organisés par un autre as belge du genre, André-Paul Duchâteau, coauteur, avec Stéphane Steeman, d'une fervente biographie du romancier, parue chez Quorum en 1998 (à ranger aux côtés du très documenté essai d'Arnaud Huftier publié chez Encrage en 2006). Signalons (nous y reviendrons dans les colonnes de "Lire") que, chez Luc Pire, reparaît, ces jours-ci, "La maison des veilles", contenant une introduction due à l'illustre fantaisiste, imitateur et hergéphile Stéphane Steeman qui, pour cette exposition qu'il a montée lui-même, montre des centaines de documents liés à son père vénéré; manuscrits, photos, éditions originales, traductions, affiches de films, etc.; d'autres pièces proviennent de la collection privée d'un "steemanien" pur jus, Pierre Genicot. Rappelons que Le Cri réédite une dizaine de romans de S.-A. Steeman et que le Théâtre Royal des Galeries met à l'affiche "L'assassin habite au 21" à partir du 22 octobre.

L'exposition est présentée à Bruxelles pour commémorer le centenaire de la naissance de l'auteur du "Treizième coup de minuit": c'est, en effet, le 23 janvier 1908 qu'il vit le jour à Liège - ville natale de Georges Simenon - au 22 de la rue Dartois. "Ses romans policiers à énigmes mêlent complexité de l'intrigue et humour", lit-on dans "Le Petit Larousse" où St.-A. S. est l'un des rares écrivains belges à figurer. Un romancier qui, l'exposition le prouve, eût pu être un extraordinaire auteur complet de bandes dessinées, lui qui fut l'illustrateur raffiné de nombre de ses livres. Tenaillé par le démon de l'écriture dès l'âge tendre, publiant des contes fripons à 16 ans, Steeman obtint en 1931, à 23 ans, pour "Six hommes morts", l'alors très important Prix du roman d'aventures, décerné à Paris par un jury où siégeaient Pierre Benoit, Francis Carco, Joseph Kessel et Pierre Mac Orlan : excusez du peu ! Pendant la Guerre, il assurera la direction littéraire de la mythique collection "Le Jury" (qui publiera du Jean Ray, du Simenon, du Thomas Owen, et du tout jeune André-Paul Duchâteau). Puis Clouzot portera au cinéma deux de ses romans qui deviendront des classiques : "L'Assassin habite au 21" (en 1942, avec Pierre Fresnay dans le rôle de M. Wens) et "Quai des Orfèvres" (d'après "Légitime défense") en 1947, avec Louis Jouvet, Bernard Blier, Suzy Delair et Simone Renant. L'"Ellery Queen belge" - dixit François Rivière - s'éteignit à Menton, le 15 décembre 1970 : cette exposition - émouvante à plus d'un titre - le ressuscite. Visitez-la dans l'heure.

Espace Wallonie de Bruxelles, 25-27, rue Marché aux Herbes. Tél. 02-506.43.40. Jusqu'au 15 novembre 2008, du mardi au vendredi de 11h à 18h, samedi : de 11h à 16h. Entrée gratuite.