Prendre de la hauteur, c'est ce qu'inspire le projet réalisé par des artistes, sur le toit d'un bâtiment de l'ancienne caserne de gendarmerie Fritz Toussaint à Ixelles.

Il faut être très loin, très haut, pour lire l'entièreté du message Watch Your Step (attention à la marche), peint sur une fresque de 1.000 m2, par l'agence de communication "TAVU" et l'Atelier Louves, un collectif artistique.

TAVU et l'Atelier Louves travaillent dans le même bâtiment, installé à Ixelles, dans le projet d'occupation temporaire See U. "On s'est rencontrés et on a commencé à réaliser des projets ensemble. Dans tous nos projets, il y a toujours un objectif qui est axé sur la façon de regarder les choses autrement", nous raconte Clarisse Jeghers, artiste d'Atelier Louves.

L'idée de réaliser une grande fresque est née durant le confinement. Un moment de questionnement pour les deux structures. "On a organisé un festival street art en septembre dernier. Il y a eu plein de monde, environ 5.000 personnes, explique-t-elle. On avait envie de peindre pendant le festival mais on n'a pas eu le temps. Ca restait un peu dans notre tête mais on n'a jamais pu se pencher sur le projet. Pendant le confinement, on a continué à travailler mais c'était quand même assez ralenti. Et puis on s'est posé plein de questions." Le changement climatique, la politique, l'économie, la transition, autant de défis qui les touchent particulièrement. Pour Jérôme De Wilde, de TAVU, c'était une évidence que le message de cette fresque devait être politique."Tout le monde a eu le temps pendant ce confinement de se remettre un peu en question. On a bcp entendu parler de changement, d'avant-après, de transition et de ce qu'il fallait changer au niveau social, économique, politique. Tout le monde a eu le temps de se poser pour y penser, pour en parler. Par ce message, on voulait dire, c'est maintenant qu'il faut le faire."

© ATELIER LOUVES/TAVU

Dans chaque lettre du message principal, les deux collectifs ont voulu faire un rappel des derniers enjeux sociétaux qui ont poussé les Belges dans la rue ces deux dernières années. On peut donc y lire des slogans aperçu lors de manifestations, notamment pour le climat et contre la 5G. "Il y a eu d'énormes prises de conscientes ces deux dernières années, ajoute Jérôme De Wilde. Nous avons eu envie de rappeler tout ça. Les gens se sont mobilisés pour plein de combats différents mais il y a une espèce de convergence entre tous ces messages, c'est qu'il faut tendre vers une transition et un changement global."

A l'avenir, les deux collectifs espèrent pouvoir réitérer ce type de projets afin de permettre à la population de se réapproprier l'art. Un vrai défi.