Arts et Expos

De nombreux événements auront lieu cet automne, à commencer en Belgique par  Europalia Inde  qui démarrera en octobre par deux grandes expositions au Palais des Beaux-Arts, "Corps de l’Inde", sur le corps dans l’art indien, et "Indomania", sur la passion pour l’Inde.

"Corps de l’Inde" présentera 250 objets venus essentiellement des musées indiens (avec quelques pièces contemporaines). Ou comment l’art classique indien voit la création du monde, le corps cosmique, le corps idéal, etc. La seconde expo à Bozar sera consacrée à l’"Indomania", ou comment, depuis des siècles, l’Inde a fasciné l’Occident. Une expo originale avec des objets et œuvres les plus variés, depuis Alexandre le Grand jusqu’à Rembrandt, Rodin et Cartier Bresson. Sans oublier les déclinaisons possibles en musique (de Debussy à Philip Glass), cinéma, littérature (La Fontaine fut inspiré par l’Inde). Et qui ne se souvient des Beatles en Inde en 1968, dans l’ashram de Maharishi Mahesh Yogi, et l’influence que cela eut sur leur carrière et sur la musique des années 70 ? Comme d’habitude, le festival, qui s’achèvera en janvier, se déclinera dans de nombreuses villes et de nombreux lieux.

En art contemporain, l’événement Europalia principal, "Water Art walk", se déroulera au musée Grand Curtius à Liège à partir du 13 octobre : un parcours d’artistes de renommée internationale permet d’appréhender le thème de l’eau devenu un thème majeur dans l’art contemporain indien. Les sept fleuves sacrés tiennent une place centrale dans la vie et la mort des Indiens et l’accès à l’eau potable est devenu aussi un enjeu planétaire…

Biennales

De nombreux événements importants en art contemporain auront lieu cet automne. Pointons  la Biennale d’Istanbul  du 14 septembre au 10 novembre dont la commissaire est Fulya Erdemci, actuelle directrice du Skor à Amsterdam. Elle a choisi pour thème "Mom, am I barbarian ?", "Maman, suis-je barbare ?", ou comment faire de l’espace public un forum politique. Avec de tels thèmes et le lien possible avec les manifestations qui agitent la Turquie, la Biennale devrait être intéressante.

Plus calme mais toujours intéressante sera la  Biennale de Lyon  du 12 septembre au 5 janvier, menée cette année par l’Islandais Gunnar B. Kvaran qui dirige le très riche musée Astrup Fearnley à Oslo qui vient d’inaugurer ses nouveaux bâtiments dus à Renzo Piano. Titre de cette Biennale : "Entre-temps, brusquement, et ensuite".

Autre Biennale, fort intéressante aussi, celle de  Moscou  qui se tiendra du 20 septembre au 20 octobre sous le titre "More Light" et organisée par notre compatriote Cathy de Zegher, qui dirigea longtemps le "Drawing Center" de New York et qui vient d’être nommée à la tête du musée des Beaux-Arts de Gand. Cette Biennale permettra de mieux juger ce qui bouge en particulier en Russie, un des pays les plus passionnants du moment sur ce point. Mais on y présentera aussi des artistes belges comme Edith Dekyndt, David Claerbout, Nicolas Kozakis et Raoul Vaneigem, Sarah Vanagt.

Nouveaux musées

Du côté des nouveaux lieux à découvrir, l’événement de l’automne sera l’ouverture, enfin, du  "Musée fin de siècle" , au musée des Beaux-Arts à Bruxelles, dans l’ancien musée d’Art moderne. Prévue initialement pour le 7 mai 2013, cette ouverture, pour des raisons budgétaires et techniques, a été reportée au 6 décembre. Par contre, cela reste toujours le brouillard pour la réouverture, réclamée de toutes parts, du musée d’Art moderne. On ne sait pas encore si le projet de l’installer dans les anciens établissements Vanderborght pourra bien se faire (coût : dix millions d’euros). Inconnue aussi pour l’avenir de ce musée : y aura-t-il un nouveau musée d’Art moderne et contemporain ? Et où ?

Inconnue toujours, avec le lancement, sans cesse reporté, des appels à candidatures pour la direction des musées regroupés par "pôles". Le dossier, controversé, sera à nouveau sur la table du gouvernement en septembre.

Le  musée des Beaux-Arts d’Anvers  restera lui fermé pour de grands travaux d’agrandissement jusqu’en 2017. Le  musée de l’Afrique centrale à Tervuren  fermera ses portes fin novembre et rouvrira en mai 2016, après de grands travaux. Et les travaux d’agrandissement du  BPS 22  à Charleroi, devraient, croisons les doigts, débuter cet automne.

Paris attend avec impatience la réouverture du  musée Picasso , fermé depuis août 2009, promise maintenant pour le tout début 2014, qui aura une extension de 2 000 m2 d’exposition, pour atteindre 5 700 m 2 d’expo et montrer en permanence 500 œuvres.

On attend aussi, début 2014, l’ouverture de la  "Fondation Louis-Vuitton pour la création"  avec la collection d’art contemporain de Bernard Arnault (le concurrent de François Pinault), dans un bâtiment futuriste et translucide de Frank Gehry au milieu du jardin d’acclimatation, près du bois de Boulogne. Un bâtiment comme un voilier aux voiles de verre enveloppant un "iceberg" de formes blanches.

SEPTEMBRE

Le musée du Cinquantenaire à Bruxelles rendra, à partir du 13-9, un juste hommage à  Henry van de Velde  (1863-1957) pour le 150 e anniversaire de sa naissance : architecte, peintre, designer, relieur, pédagogue, fondateur de La Cambre, figure fondamentale de l’art du XXe siècle (lire notre évocation de la vie de van de Velde ).

A la Villa Empain, on découvrira  "La Route bleue"  (27-9), un voyage qui permettra de suivre l’indigo des textiles, les céramiques bleues ottomanes, les bijoux, mais aussi des œuvres d’Alechinsky, Yves Klein, Miró et de nombreux artistes contemporains du Moyen-Orient et d’Europe.

Le 4 septembre, s’ouvre à l’ hôpital psychiatrique de Duffel  près d’Anvers la seconde édition d’une triennale d’art contemporain dont la première fut une belle réussite. De grands artistes comme Thierry De Cordier, Jimmie Durham et Kris Martin auront leurs œuvres au milieu des malades, au sein même d’un grand hôpital en activité.

A Malines, s’ouvre fin août la toujours très intéressante  biennale d’art vidéo ("Contour") , jusqu’au 3 novembre, dans divers lieux de la ville, permettant de mieux connaître cette ville. Un peu comme Mons le fait à nouveau, avec son parcours des arts sonores très innovants,  "City Sonic",  qui aura lieu du 6 au 21 septembre.

A Ostende, le "Mu.zee" rendra hommage à  Hugo Claus  comme peintre et dessinateur (Claus vécut à Ostende de 1948 à 1955) : "Omdat ik geen beeld ben" sera une redécouverte de l’œuvre graphique d’un poète et écrivain qui dessina jusqu’à sa mort (ouverture le 21-9).

A Louvain-la-Neuve, on découvrira le projet très singulier et ambitieux de  Michel François  pour la Biennale d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. Une exposition universelle sur la créativité des "marges", dans les soussols de l’université Elle se tiendra dès le 18-9 sur deux étages (4 000 m 2) du parking.

Au Cinquantenaire, encore une belle exposition sur le dessin dans l’Egypte ancienne,  "L’Art du contour ", à partir du 13-9. Dans l’Egypte ancienne, les dessinateurs et les peintres étaient appelés "scribes des contours", l’art graphique égyptien se définissant avant tout par les tracés qui entourent les formes et les surfaces dans lesquelles les couleurs peuvent s’exprimer, avec toute la richesse de leurs nuances. L’exposition "L’Art du contour" fut d’abord présentée au Louvre.

Le  château de Gaasbeek , près de Bruxelles, propose "In Between", une promenade dans le château et le parc avec des œuvres d’artistes aussi excellents que Michaël Borremans, Alfredo Jaar et Wolfgang Laib (9-9).

Le Wiels présente la première exposition en Belgique de  Petrit Halilaj , originaire du Kosovo et qui poursuit son évocation du musée d’histoire naturelle du Kosovo (7-9).

Au Botanique, à partir du 19-9, une exposition  Jo Delahaut  en lien avec des artistes contemporains.

La  "Maison particulière" , ce si beau lieu privé bruxellois à Ixelles qui accueille des collections privées, montrera ce que collectionnent aujourd’hui de jeunes collectionneurs (19-9).

Au musée des Beaux- Arts de Gand, on propose une découverte :  le peintre lituanien Ciurlionis  (1875-1911), un grand peintre adepte de la synesthésie, soit le dérangement de tous les sens, le lien entre peinture et musique (21-9). Au "Muhka", à Anvers, le travail sculptural éclectique de  Rachel Harrison  (7-9).

Anvers ouvrira le 20 septembre un nouveau musée consacré à la  "Red Star Line" , cette compagnie de bateaux qui entre 1873 et 1934 ont traversé l’Atlantique pour transporter plus de deux millions de passagers et de pionniers. Un projet muséal lié à l’émigration dans Anvers dirigé par la N-VA !

A Amsterdam, le musée de l’Hermitage présentera les "prophètes de l’avant-garde :  Gauguin, Degas, Bonnard"  (14-9).

Septembre sera à nouveau un mois important pour  Magritte  avec une exposition sur les différentes versions de "L’Empire des Lumières" au musée Magritte à Bruxelles (19-9) et, à New York, au MoMa, 80 peintures et collages de Magritte des années 1926-1938, les meilleures (22-9).

Le musée Maillol présentera les  Etrusques  (18-9), avant une exposition sur le même thème au Louvre-Lens à la fin 2013 et après la belle exposition sur les Etrusques au musée de Tongres.

Le Louvre, à Paris, évoquera  Florence à la Renaissance  avec 150 œuvres des XVe et XVIe siècles (26-9). On pourra découvrir l’œuvre importante du peintre allemand Hans Richter , au Pompidou-Metz à partir du 29-9.

Le musée Jacquemart-André, à Paris toujours, évoquera, sous un titre paradoxal, " Désir et volupté à l’époque victorienne " (13-9).

Le Grand Palais rendra hommage à  Georges Braque  (18-9).

Le Petit Palais (avec notre musée des Beaux-Arts) évoquera  "Jordaens, la gloire d’Anvers ".

Au musée d’Orsay, l’expo d’automne a un titre pour attirer les visiteurs : " Masculin-féminin : l’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours ".

Et le centre Pompidou propose une exposition de l’excellent vidéaste français  Pierre Huyghe .

La belle Fondation Cartier-Bresson rendra hommage à partir du 11 septembre au magnifique photographe chilien  Sergio Lorrain  (1931-2012) dont l’œuvre vient d’être fêtée aux Rencontres photographiques d’Arles.

Au Lam, à Villeneuve d’Asq près de Lille, une exposition évoquera le collectionneur et ami des peintres  Daniel-Henry Kahnweiler  avec une attention particulière à Picasso, Léger et Masson (28-9).

OCTOBRE

Le grand événement devrait être  "L’Héritage de Rogier Van der Weyden, la peinture à Bruxelles " au musée des Beaux-Arts de Bruxelles (11-10). Une exposition très prometteuse dédiée à la peinture produite à Bruxelles entre la mort de van der Weyden et l’émergence d’un esprit nouveau dans l’art de Bernard van Orley. L’exposition vise à dresser un panorama de ce que fut la production picturale à Bruxelles à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle.

Un autre événement sera l’exposition  "Andy Warhol, Life, Death and Beauty"  au Bam, le musée des Beaux-Arts de Mons rénové à grands frais après la mise au jour de nombreuses malfaçons. Une expo qui s’intéresse à un aspect peu connu de Warhol : son lien à la religion.

La "Tate Modern", à Londres, proposera la première grande exposition  Paul Klee  en Angleterre depuis dix ans (15-10). Pendant ce temps, la "National Gallery" devrait attirer les foules avec le  "Portrait à Vienne en 1900" , avec Klimt, Schiele et Kokoschka.

Quant à la "Royal Academy", elle consacrera son exposition d’automne à  Daumier.

Il ne faudra pas manquer, au Smak à Gand, l’exposition de l’artiste vidéaste mexicain  Javier Téllez , révélation de la dernière "Documenta" de Cassel, avec ses films explorant l’histoire et les frontières entre la pathologie et le normal.

Le Wiels rendra hommage à  Walter Swennen  (5-10), né en 1946, un des "nouveaux peintres" des années 80 avec son travail poético-humoristique.

A Paris, il ne faudra pas manquer à la "Maison rouge", une exposition d’œuvres de la  collection David Walsh , un multimilliardaire atteint d’une forme légère d’autisme (le syndrome d’Asperger) d’une grande intelligence, devenu riche grâce au jeu. En Tasmanie, il a ouvert un incroyable musée d’art contemporain, le "Mona". Il y accueille les visiteurs avec son look hippie et ses longs cheveux blancs. Il surnomme son musée "un Disneyland subversif pour adultes". Une rampe-tunnel de 17 m de long permet d’entrer dans des espaces sombres et labyrinthiques comme du Piranèse, creusés dans la terre avec, au-dessus, un terrain de tennis. Il a collectionné plus de 2 000 œuvres dont un "Cloaca" de Wim Delvoye, des sculptures de Berlinde De Bruyckere et de Jan Fabre. Jean-Hubert Martin a puisé dans cette collection très hétérogène (19-10).


Le Grand Palais rendra hommage à  Félix Vallotton  (2-10). Au musée Rodin, il y aura certainement foule, pour voir " Camille Claudel (photo ci-dessus) sort de ses réserves", tant l’artiste est devenue un mythe populaire (1-10).

La BNF à Paris fera découvrir les dessins trop méconnus de  Matthew Barney .

Et le musée d’Art moderne de Paris offrira sa première exposition à un des peintres phares de la Chine actuelle (aux prix exorbitants),  Zeng Fanzhi . (18-10). Le Palais de Tokyo donnera carte blanche à  Philippe Parreno.

Le musée de l’Orangerie, quant à lui, rendra hommage au couple mythique de  Diego Rivera et Frida Kahlo . Le musée de Luxemburg rendra hommage à "La Renaissance  et le rêve" (9-10). Le Quai Branly évoquera les " Kanaks " de Sumatra et le musée Guimet fera rêver avec " La Redécouverte d’Angkor  : Louis Delaporte et le Cambodge" (16-10) (voir photo ci-dessous).

Au Centre Pompidou, découverte de la " Donation Guerlain " : Daniel et Florence Guerlain donnent leurs 1 200 œuvres sur papier, soit près de 200 artistes d’une trentaine de nationalités dont les dessins du jeune artiste belge Thomas Lerooy, avec de très grandes feuilles aux memento mori surréalistes.

Au Musée d’Art moderne de la ville de Paris, retour en grâce de  Serge Poliakoff  et ses belles abstractions (17-10).

Le  Centre Pompidou  inaugurera un nouvel accrochage de ses collections permanentes le 23-10 sous le titre de "Modernités plurielles de 1905 à 1975" et ouvrira une semaine plus tard l’exposition " Le Surréalisme et l’objet".

A Tourcoing, on pourra visiter au MUba une exposition confrontant les œuvres de  Georges Baselitz et d’Eugène Leroy.

A Lille, au Tri postal, la célèbre galerie d’art contemporain  Emmanuel Perrotin  fêtera en majesté ses 25 ans d’existence (à partir du 11-10) avec de nombreux artistes. A Bordeaux,  Claude Levêque  exposera à l’Institut Bernard Magrez (12-10).

NOVEMBRE

Le Civa à Bruxelles présente la première exposition consacrée à l’architecte bruxellois  Xaveer De Geyter  (8-11).

Johan Muyle  présentera dès le 7-11, à la Centrale à Bruxelles, son "Indian Studio" rendant hommage aux grands peintres d’affiches cinématographiques de l’Inde.

Le 17-11 s’ouvre au Mac’s la première exposition belge consacrée à  Tony Oursler (photo ci-dessus) qui a révolutionné l’art de la vidéo notamment avec son concept de "sculpture-écran". Il est aujourd’hui l’un des plasticiens américains les plus importants de notre époque qui a réalisé entre autres, récemment, le clip vidéo de  "Where Are We Now ?"  pour David Bowie. Son art nous emmène dans des univers inattendus où se mêlent fragments de corps, fantômes et poupées avec beaucoup d’humour...

Au Cinquantenaire, à partir du 21-11, exposition sur le  "Ramayana" , qui, à l’instar du "Mahabharata", est une grande épopée hindouiste classique de l’Inde, un monument de la littérature mondiale. Sa première version fut compilée il y a plus de 2 000 ans par le légendaire poète Valmiki.

A Paris, le photographe  Brassaï  sera à l’honneur à l’Hôtel de ville (4-11). Et  Raymond Depardon , formidable photographe et cinéaste, sera au Grand Palais à partir du 14-11.

Le musée  Rodin  reviendra sur les liens entre le sculpteur et l’Antiquité à partir du 19-11.

Au Louvre, le "grand invité" sera le metteur en scène et plasticien  Robert Wilson  qui proposera de nombreux événements entre le 11-11 et février 2014 : performances, archives filmées, rencontres et une exposition d’objets de sa collection privée de "Watermill" aux Etats-Unis où des œuvres d’art océaniennes côtoient des céramiques chinoises archaïques, des photographies contemporaines, des chaises de toutes époques et des objets trouvés.

A Grenoble, le musée rendra hommage à  Sigmar Polke,  mort il y a trois ans et devenu un peintre culte de l’art contemporain (9-11).