Ronde d’actrices au bal des clichés

Maïwen réalise un documentaire sur les actrices, de la “never be” à la “has been”, de la star au mannequin. Elles sont une dizaine à illustrer les différentes situations professionnelles vécues par les comédiennes. Une sorte de parcours de la combattante, drôle et culotté, mais aussi pervers et cruel. Avec Jeanne Balibar, Romane Bohringer, Mélanie Doutey, Marina Foïs, Karin Viard… 1h45. découvrez la bande-annonce

F.Ds
Ronde d’actrices au bal des clichés
©D.R.

Explorer l’espace entre documentaire et fiction, voilà bien le chantier contemporain des réalisateurs à la recherche d’une vérité à travers des formes nouvelles. Un pied devant la caméra, un pied derrière, Maïwenn entend mettre à nu les actrices, leur corps sur l’affiche et leur cœur sur la pellicule. Quant à la forme, on vient bien de voir un documentaire d’animation - "Valse avec Bashir" -, pourquoi pas un documentaire comédie musicale, le choc du genre le plus soumis au réel avec celui qui le nie.

Sur les plateaux, chez leurs agents, dans leurs appartements, Maïwenn organise sa ronde des actrices, passant de la "never be", Karole Roche, à la "has been", Christine Boisson; de celle qui a le vent en poupe, Mélanie Doutey, à celle qui est dans le trou, Romane Bohringer; du mannequin en quête de reconversion, Estelle Lefébure, à une star nationale, Karin Viard; de Marina Foïs, qui veut transformer son image, à l’icône Charlotte Rampling. Elles sont ainsi une dizaine à jouer leur propre rôle sous leur propre nom. Mais on a bien dit jouer. Karine interprète celle qui veut tourner des blockbusters, Marina, celle qui en bave d’être botoxée et humiliée, Mélanie, celle qui fait sa Madonna en adoptant à tout va, Romane, celle qui court le cachet, même si c’est celui de la présentation d’un nouveau portable. C’est cela vie d’actrice. Avis aux candidates, voici un panoramique des multiples états et étapes de la profession, le parcours de la combattante. Maïwenn emballe tout cela avec sa petite caméra. Tellement bien, qu’on finit par ne plus voir qu’elle, son petit jeu, son culot, son aplomb, ses audaces, et, au bout , c’est un autoportrait. Soit une sorte de version postmoderne de "All About Eve" où elle se sert habilement de ses collègues pour, finalement, se mettre en avant.

Profondeur de chant ?

Et la comédie musicale dans tout cela ? On comprend l’intention : relativiser chaque portrait un peu trop réaliste d’actrices par une note de pure fiction. Mais à part Karin Viard en héroïne glamour, il y a un pas, de l’intention à la réalisation de ces chorégraphies pour émissions de variétés à la Maritie et Gilbert Carpentier. Elles peinent à donner au film la profondeur de chant, je voulais dire de champ, qu’on attendait d’elles.

Si la forme est inaboutie, ce faux documentaire met en scène de vraies situations, de probables réalités, peut-être même de vrais clichés de la vie d’actrice. Maïwenn les éclaire avec un humour limite pervers presque cruel, frisant parfois le malaise.

Des actrices qui n’ont manqué ni de cran ni de générosité.


Réalisation, scénario : Maïwenn. Image : Claire Mathon. Décors : Nicolas De Boiscuillé. Costumes : Marité Coutard. Montage : Laure Gardette. Avec Jeanne Balibar, Romane Bohringer, Julie Depardieu, Mélanie Doutey, Marina Foïs, Estelle Lefébure, Linh-dan Pham, Muriel Robin, Charlotte Rampling, Karole Roche, Karin Viard, Joeystarr 1h45.

Sur le même sujet