L’hommage de Ben Affleck au film noir

Pour son second long métrage en tant que réalisateur après “Gone Baby Gone”, Ben Affleck retrouve Boston. Cette fois, il passe également derrière la caméra dans un polar très classe, hommage rigoureux au Film noir. Avec aussi Jeremy Renner et Jon Hamm, tous deux excellents. 2h09.

H. H.
L’hommage de Ben Affleck au film noir
©D.R.

Ben Affleck est un acteur surprenant, à l’image brouillée par ses apparitions dans le tout-venant de la production hollywoodienne. Pourtant, comme son frère Casey, le bonhomme a d’autres ambitions Il suffit pour s’en convaincre de se souvenir de ses débuts. Avant de triompher dans "Armageddon", "Pearl Harbor" ou "Daredevil", il est, en effet, passé par la case cinéma indépendant (tournant notamment pour Kevin Smith). Et c’est en décrochant avec Matt Damon l’Oscar du meilleur scénario pour "Good Will Hunting", réalisé par Gus Van Sant en 1997, et qu’ils interprétaient tous deux, que sa carrière a pris son envol. Restait à passer le cap de la réalisation, chose faite avec "Gone Baby Gone" en 2007.

Présenté à Venise il y a quelques semaines, "The Town" s’inscrit dans cette lignée, se révélant plus personnel qu’on ne pourrait le croire. Car Affleck y retrouve à nouveau la ville de Boston - il a grandi juste à côté, à Cambridge -, décor de "Gone Baby Gone" et "Good Will Hunting". Duquel "The Town" n’est pas si éloigné puisqu’il est à nouveau question d’une amitié entre deux jeunes hommes mise à l’épreuve.

Dans "The Town", Ben Affleck fait en tout cas preuve d’une réelle maturité. Car avec cette histoire de braqueur tombé amoureux de la banquière qu’il vient de dévaliser avec sa bande de petites frappes, il montre, devant et derrière la caméra, qu’il est capable d’empoigner, avec rigueur, un sujet classique. "The Town" est un polar noir d’encre dans la plus pure tradition, un socle sur lequel viennent se graver des thèmes universels : l’amitié, l’amour, la trahison, l’identité, la volonté de changer de vie Des questions traitées avec beaucoup de conviction. On plonge donc sans peine à ses côtés dans les rues de Charlestown, quartier irlandais de Boston connu comme la capitale des cambrioleurs. "The Town" est, en effet, aussi une réflexion sur l’importance de l’environnement dans la formation des êtres. Le vrai combat de Doug Mac Ray, cambrioleur au grand cœur, c’est donc de parvenir à couper le cordon avec son milieu, avec sa famille, avec ce qui le détermine socialement

Classique (à la limite, un poil convenu) sur le fond, la seconde réalisation d’Affleck est aussi l’occasion pour lui de démontrer un réel talent de metteur en scène. Et s’il avoue que le studio a insisté pour qu’il rajoute quelques scènes d’action (où il se montre très à l’aise), on sent bien que ce qui l’intéresse avant tout, ce sont les interactions entre les personnages. Il se révèle d’ailleurs un excellent directeur d’acteurs. S’il se donne le rôle principal, il laisse toute latitude à Jeremy Renner (impeccable en frère d’armes violent), la belle Rebecca Hall et à Jon Hamm (découvert dans la série "Mad Men", il incarne ici l’agent FBI chargé de mettre la main sur Mac Ray et sa bande).

Bref, très tenu, "The Town" se présente comme un bel hommage au film noir, intelligemment réactualisé, donnant en tout cas envie de suivre la carrière de cinéaste de Ben Affleck.


Réalisation : Ben Affleck. Scénario : Peter Craig, B. Affleck & Aaron Stockard. Avec Ben Affleck, Rebecca Hall, Jeremy Renner, Jon Hamm, Pete Postlethwaite 2 h 03.