Sexe entre amis

Deux amis, déçus en amour, décident de pratiquer le sexe sans sentiments. Plus facile à dire qu’à faire. Will Gluck joue avec les codes de la comédie romantique hollywoodienne... avant d’y retomber. Le charme et l’énergie de Mila Kunis et Justin Timberlake compensent agréablement. 1h49

A.Lo.

Hollywood nous a abreuvé de tant de comédies, où les sentiments platoniques débouchent immanquablement sur le sexe, qu’il est rafraîchissant d’en voir une où il n’est d’abord question que de sexe sans sentiment. C’est l’accord auquel parviennent Jamie (Mila Kunis), une chasseuse de tête new-yorkaise, et Dylan (Justin Timberlake), un wonderboy californien du blogging qu’elle vient de débaucher pour prendre la tête du magazine "GQ". Parce que tout les oppose et qu’ils viennent chacun de se faire plaquer, ils concluent qu’il n’y a rien de tel que de s’envoyer en l’air entre amis.

Le scénariste et réalisateur Will Gluck parvient à les éviter pendant les trois premiers quarts d’heure, avec un bonheur certain et la complicité de ces deux acteurs principaux (et la participation de Woody Harrelson en chroniqueur sportif gay). Cela ne tient pas qu’à l’inversion de la proposition du genre, mais aussi par une vivacité dans les dialogues et l’énergie des comédiens. Mila Kunis, charmante, compose aussi une working girl qui fait jeu égal avec son partenaire de lit, tandis que Timberlake casse son image en créant un Californien sensible, bousculé par la brusquerie des New-Yorkais. Après "The Social Network", il confirme un vrai talent de comédien.

Ce faisant, la mise en bouche de "Friends with Benefits" se laisse savourer comme un plat accommodé à sa sauce par un jeune chef inspiré. Mais la suite ressort quelques vieux ingrédients : recherche du prince charmant, meet the parents, dispute et réconciliation, avec typecasting pour producteur paresseux (Patricia Clarkson en mère instable, Richard Jenkins en père atteint d’Alzheimer). Le comble est atteint lorsque Gluck ressort la leçon sur "la vie est trop courte, ne laisse pas passer ta chance", avec les slows tire-larmes des comédies à l’eau de rose qui faisaient rire Jamie et Dylan une heure plus tôt : chassez le naturel...

Mais on le pardonne : on a quand même bien ri, même lorsque Timberlake s’offre un caprice sous la forme d’un petit hommage autoparodique à Kriss Kross. Et qui ne rêverait pas d’organiser une flash mob dans Grand Central Station pour l’élu(e) de son cœur ? Bien qu’un peu tardive chez nous, la romance de l’été 2011, c’était celle-ci.


Réalisation et scénario : Will Gluck. Avec Justin Timberlake, Mila Kunis, Patricia Clarkson, Richard Jenkins, 1h49.