Navet sidéral

Et voilà qu’on nous refait le coup des images interdites exhumées de quelques archives secrètes. Après les sorcières de Blair Witch ou les activités paranormales dans une banlieue de Floride, c’est au tour des astronautes d’Apollo 18 de faire les frais d’une production fauchée en quête du buzz et du jack-pot.

A.Lo.

Et voilà qu’on nous refait le coup des images interdites exhumées de quelques archives secrètes. Après les sorcières de Blair Witch ou les activités paranormales dans une banlieue de Floride, c’est au tour des astronautes d’Apollo 18 de faire les frais d’une production fauchée en quête du buzz et du jack-pot.

Donc, contrairement à l’histoire officielle, la Nasa et le ministère de la Défense américain auraient lancé une dix-huitième et dernière mission aux confins de la face cachée de la Lune. Sous le sceau du secret defense, ses trois membres devaient installer des radars high tech destinés à prévenir toute agression soviétique. Mais, une fois foulé le sol lunaire, ils découvrent un vaisseau russe, un cadavre, ont des parasites du troisième type sur les ondes et un caillou dans la moonboot. "Houston, on a un ‘blème"

Sauf à encore croire au père Noël, personne ne gobera ce documenteur. Formellement, Gonzalo López-Gallego n’apporte rien au genre : huis clos encapsulé et flou artistique au programme. Côté effroi, la soupe est tout aussi réchauffée : on n’a guère vu mieux depuis "Alien".

Réalisation : Gonzalo López-Gallego. Avec Warren Christie, Lloyd Owen, 1h16