17 filles enceintes ensemble

A Lorient, port de Bretagne, 17 adolescentes du lycée décident d’être enceintes, ensemble. La maternité comme utopie, la grossesse collective pour changer le monde. Partant d’un authentique fait divers, les sœurs Coulin ne cherchent pas à comprendre mais plutôt à montrer, s’approchant au plus près des jeunes filles et du mystère de l’adolescence… 1h27

Fernand Denis
17 filles enceintes ensemble
©Lumière

Lorient, un port de Bretagne frappé par la crise. Muriel, 17 ans, est rayonnante. Enfin, il lui arrive quelque chose. Elle est enceinte. Faut voir ses copines de classe, elles sont surexcitées ou démontées : "Tu vas le garder ?"; "Tu ne vas pas le garder ?"

Elle va le garder. Mais une idée germe dans son cerveau aussi : si on faisait toutes un bébé. Avec les allocs, on louerait un grand appartement, on vivrait toutes ensemble, on s’entraiderait, on s ’épaulerait, on partagerait les tâches... Et voilà qu’une deuxième fille annonce qu’elle est enceinte, puis une troisième une sixième une onzième, elles sont finalement dix-sept élèves enceintes dans le même lycée. Leur maman est en état de panique, leurs profs déstabilisés, et même la presse débarque, ça change d’une grève des pêcheurs, d’une fermeture d’usine.

La maternité comme utopie, la grossesse collective pour changer le monde. Il fallait y penser, et ça marche. Comme leur ventre, leur environnement se transforme : les garçons, les parents, les enseignants sont métamorphosés. Et puis, leur horizon s’arrondit aussi. Elles sont persuadées avoir trouvé la troisième voix, toute ronde, entre la ligne tracée "bonnes études, bon mari, belle maison " et la ligne de l’exil, au-delà de l’horizon qui leur barre la vue chaque matin. Une troisième voie chaleureuse, pleine d’amies, de complicité, de bébés.

Pour leur tout premier long métrage, les sœurs Coulin ont planté la graine d’un authentique fait divers américain dans leur ville de Lorient. Ce sujet aussi original qu’interpellant, gonflé de tant de personnages et de tant d’angles d’approche, avait de quoi exploser à la figure de ces cinéastes néophytes. Heureusement, elles n’ont pas voulu tout dire, tout montrer, tout comprendre, tout expliquer, mais juste rester à hauteur d’adolescentes et à distance d’adultes. En filmant, en parallèle, la gestation de leur enfant et de leur utopie, Muriel et Delphine Coulin s’approchent et captent quelque chose de plus secret, de plus universel : le mystère de l’adolescence. A la fois, elles saisissent ce qu’il y a d’intemporel dans cet âge, la puissance du rêve, la force de l’amitié, la dictature du groupe, et aussi ce qu’il y a le "je veux tout, tout de suite", plus contemporain.

Elles y parviennent, car elles croient dans leurs interprètes, épatantes de naturel, de sincérité, chacune reconnaissable à sa personnalité intime et non pas à une caractérisation de scénariste. Elles croient aussi à la force suggestive de la mise en scène et des métaphores.

Jamais, le mystère de l’adolescence n’a été aussi rondement évoqué.


Réalisation, scénario : Delphine et Muriel Coulin. Production : Denis Freyd. Images : Jean-Louis Vialard. Avec Louise Grinberg, Juliette Darche, Roxane Duran, Esther Garrel, Yara Pilartz, Solène Rigot... 1h27.