Morrison Hotel

Nobbs, Albert Nobbs, le majordome parfait du Morrison Hotel de Dublin cache en fait une femme depuis 30 ans. Après “Mother&child”, Rodrigo Garcia explore au plus intime une femme qui a refoulé sa féminité. Splendide mélodrame classique, à la Ivory, avec Glenn Close dans le rôle de sa vie. Qui lui vaudra peut-être un oscar. 1h54.

Fernand Denis
Morrison Hotel
©D.R.

Nobbs, Albert Nobbs, est le perfect butler, le majordome parfait du Morrison Hotel dans ce Dublin du XIXe siècle. Il est au courant des petites manies des habitués, prévenant avec les abonnés du restaurant, discret avec les clients turbulents. Jamais un mot plus haut que l’autre, et l’œil toujours aux aguets pour que tout soit parfait. Il est distant avec les collègues, réticent à laisser paraître la moindre émotion, en un mot, transparent. Même son effroyable patronne, cette mégère Mme Baker, ne trouve rien à lui reprocher. Il est toujours là en toute discrétion.

Sauf aujourd’hui, justement, où un œil averti ne peut manquer de voir son agacement, son agitation à contenir une contrariété. Mrs Baker l’a forcé à partager sa chambre avec le peintre qui rafraîchit le bâtiment. Et pour Albert Nobbs, sa chambre est son temple, personne n’y entre; il ferme la porte à clef, immédiatement.

Albert Nobbs doit rester un secret, et sa chambre, aussi. Surtout sous le plancher : 30 ans de salaire de misère et de pourboires, un magot patiemment constitué pour, enfin, réaliser son rêve dans quelques mois : ouvrir son propre magasin. Mais à la peur d’être volé, s’en ajoute une autre, celle d’être découvert. Contrairement à son prénom et ses apparences, Mr Nobbs n’est pas un homme, mais une femme.

Albert avait raison, en dépit de toutes ses précautions, un insecte dans le sous-vêtement et la voilà découverte. Mr Page, le peintre, tiendra-t-il le secret ?

Si on en croit sa filmographie, la femme est le principal et quasi exclusif sujet d’investigation de Rodrigo Garcia. Dans "Ce que je sais d’elle d’un simple regard", il imaginait la vie de cinq Los-Angelinoises au-delà du premier regard en éclairant, d’un rai de projecteur, leur beauté intérieure. Parmi les cinq, figurait déjà Glenn Close. Dans "Mother and Child", splendide mélodrame sorti l’an dernier, Rodrigo Garcia observait la relation mère-enfant à ses extrémités : abandon et adoption.

A chaque fois, il fouille au plus près, et avec beaucoup de retenue, l’intimité des femmes en situation aiguë et dramatique. Albert Nobbs ne fait pas exception en se faisant passer pour un homme depuis plus de 30 ans, depuis l’âge de 14 ans. Que reste-t-il de son identité de femme? Dans un style très classique, dans le meilleur sens du terme, celui que lui donne Clint Eastwood, par exemple, Rodrigo Garcia organise sa mise en scène au service des personnages et d’un récit dans lequel le spectateur peut se projeter et spéculer sur les scénarios possibles en fonction des profils des protagonistes. Un classicisme qui est aussi celui de James Ivory auquel on pense ici. Albert Nobbs n’est pas sans évoquer Mr Stevens (Anthony Hopkins) dans "Les vestiges du jour".

Ce classicisme tire aussi sa force dans l’excellence des acteurs. Pour le spectateur, Glenn Close est la maîtresse terrifiante de "Fatal Attraction", la diabolique marquise de Merteuil des "Liaisons dangereuses" ou encore l’excentrique Cruella Denfer. Mais Albert Nobbs est sans doute le rôle de sa vie, qu’elle a joué des centaines de fois au théâtre.

Le film est adapté d’une pièce de Simone Benmussa, elle-même inspirée d’une nouvelle de l’auteur irlandais George Moore. Albert Nobbs, elle le connaît intimement, et sa performance, tout en nuances, irradie l’écran. Elle est d’autant plus ardente et bouleversante que le reste de la distribution est aussi au premier plan. Mia Wasikowska est d’une absolue fraîcheur, Brendan Gleeson est irish jusqu’au Bushmills et Pauline Collins, mielleuse et tyrannique, tient son Morrisin Hotel d’un sourire hypocrite et d’une main de fer.

Un film intemporel comme les sentiments qu’il met en scène.


Albert Nobbs ** Réalisateur : Rodrigo Garcia. Image : Michael McDonaough. Avec Glenn Close, Mia Wasikowska, Brendan Gleeson, Pauline Collins 1h54.