Autre sortie

Tom (Jason Segel) et Violet (Emily Blunt) s’aiment et, très logiquement, décident de se marier. Le temps de chercher l’endroit idéal et de régler les innombrables questions logistiques et diplomatiques (entre une famille juive et une autre britannique), et voilà que Violet reçoit le poste de chercheuse en sociologie qu’elle n’attendait plus. Seul hic : ce n’est pas l’université de Berkeley voisine qui a retenu sa candidature, mais celle du Michigan. Que ne ferait-on pas par amour ? Tom renonce à la brillante carrière de chef cuisinier qui l’attendait à San Francisco pour suivre Violet.

(A.Lo.)

The Five-Year Engagement

Tom (Jason Segel) et Violet (Emily Blunt) s’aiment et, très logiquement, décident de se marier. Le temps de chercher l’endroit idéal et de régler les innombrables questions logistiques et diplomatiques (entre une famille juive et une autre britannique), et voilà que Violet reçoit le poste de chercheuse en sociologie qu’elle n’attendait plus. Seul hic : ce n’est pas l’université de Berkeley voisine qui a retenu sa candidature, mais celle du Michigan. Que ne ferait-on pas par amour ? Tom renonce à la brillante carrière de chef cuisinier qui l’attendait à San Francisco pour suivre Violet.

Chaque été nous amène des Etats-Unis sa petite comédie romantique à message positif. Judd Apatow en a fait son fonds de commerce, à côté de ses comédies plus trashs. Et son ami Jason Segel (vu récemment dans "The Muppets" ou dans la série "How I met Your Mother") en est régulièrement tête d’affiche (et, ici, coproducteur). Bonne nouvelle : on évite, cette fois, dans le rôle de la dulcinée Jennifer Aniston ou Sarah Jessica Parker pour la plus fraîche et plus piquante Emily Blunt. On trouve dans la foulée Rhys Ifans, en vieux beau prof, pour troubler la belle le temps des inévitables tourmentes qui vont saisir ces fiancés reportant sans fin le plus beau jour de leur vie. Dans sa routine un tantinet longuette (près de deux heures), "The Five-Year Engagement" impose pourtant un ton plus digeste, même si les ressorts du scénario sont aussi rassis que les donuts qu’utilise Violet dans ses expériences. On retient quelques idées romantiques (le mariage à options dans Alamo Square) et le temps laissé aux acteurs pour développer des dialogues plus justes qu’il n’y paraît (les couples rodés pourront s’y reconnaître) - notamment celui, cathartique, entre Violet et sa sœur (Alison Brie), endossant opportunément les personnalités des personnages de dessin animé Elmer et Cookie Monster.

Mine de rien, Nicholas Stoller (déjà derrière l’éthylique "Get Him to the Greek" en 2010 et scénariste de "Yes Man" en 2008, avec Jim Carrey) impose petit à petit la marque d’un honnête auteur de comédie. Pas dupes de la modestie de leurs ambitions artistiques, lui et son coscénariste d’acteur principal se fendent même d’un clin d’œil évident à la mère de toutes les comédies des vingt dernières années : on assiste ici à quatre enterrements et un mariage.

Réalisation : Nicholas Stoller. Avec Jason Segel, Emily Blunt, Chris Pratt, Alison Brie 2h04