La camelote de la semaine

Si on cherche bien, on peut toujours trouver quelque chose de positif à propos d’un film. De "David et Madame Hansen", par exemple, on peut dire que son titre est honnête, exact, précis, scrupuleux, sincère. Le film raconte l’histoire de David, un ergothérapeute, et de Madame Hansen, une riche malade, installée à demeure dans une clinique de luxe à la suite d’un choc post-traumatique. David ne connaît pas Madame Hansen, il est nouveau dans le service et on lui a collé la promenade hebdomadaire de cette pensionnaire, en ville pour s’acheter une paire de chaussures.

F.Ds

Si on cherche bien, on peut toujours trouver quelque chose de positif à propos d’un film. De "David et Madame Hansen", par exemple, on peut dire que son titre est honnête, exact, précis, scrupuleux, sincère. Le film raconte l’histoire de David, un ergothérapeute, et de Madame Hansen, une riche malade, installée à demeure dans une clinique de luxe à la suite d’un choc post-traumatique. David ne connaît pas Madame Hansen, il est nouveau dans le service et on lui a collé la promenade hebdomadaire de cette pensionnaire, en ville pour s’acheter une paire de chaussures.

La mère Hansen, c’est une emmerdeuse de compétition mais il est cool David, il ne perd jamais son sang-froid professionnel. Et quel professionnel ! En 24 heures de balade, il va la remettre d’aplomb, alors que des psy -chiatres, -chologues, -chanalystes, -chorigides surdiplômés et surfacturés n’ont pas obtenu le moindre progrès en un an. Ce serait tuer la poule aux œufs d’or aussi.

Faut dire que David, c’est Alexandre Astier. Vu qu’il a écrit l’histoire, il ne s’est pas dépeint en abruti, il s’est attribué le beau rôle, normal. Vu que c’est lui qui réalise, il s’est filmé aussi. Il aime bien se voir minauder, il se trouve chouette. Il fait tout Astier. Il fait la musique, il fait le casting, il fait même le placement de produits, il a bien négocié avec Mercedes. Il est content de lui, Alexandre Astier. Le film c’est de la camelote, l’histoire est en toc, la psychologie de pacotille, les acteurs jouent faux; mais il aime cela, la Kaamelott .

Il faut toutefois reconnaître qu’il réussit quelque chose d’extraordinaire. On sait que la consécration pour une personnalité est d’avoir sa statue chez Madame Tussauds. Mais cette fois, c’est la statue de cire qui sort du musée pour jouer dans un film, celle d’Isabelle Adjani en l’occurrence. Bon, on lui a mis des grandes lunettes, et elle a très peu de dialogues, car l’animation des lèvres est un peu rudimentaire (on a trop raboté sur le budget effets spéciaux), néanmoins, c’est saisissant de voir une momie incarner un personnage. Quant à savoir l’intérêt de cette prouesse ?

Réalisation, scénario, production : Alexandre Astier. Avec : Isabelle Adjani, Alexandre Astier, Julie-Anne Roth 1h29