De l’art ou du cochon

Mais qui sonne comme un dératé en pleine nuit ?", se demande un couple de Parisiens. Jeff ! Trop long pour expliquer à sa femme d’où vient ce type avec un chapeau de paille sur la tête mais trop heureux de le retrouver.

F.Ds

Mais qui sonne comme un dératé en pleine nuit ?", se demande un couple de Parisiens. Jeff ! Trop long pour expliquer à sa femme d’où vient ce type avec un chapeau de paille sur la tête mais trop heureux de le retrouver.

Et Jeff d’emmener Ben à la rencontre de ses amis décalés, branchés sexe aussi. Ça en fait du temps que Ben ne s’est plus torché, plus amusé, au point d’oublier les chandelles et le dîner amoureusement préparé par Madame. Au point aussi de se lancer un défi : gagner le grand prix "Hump", ce festival de porno pour amateur. Leur idée : un porno gay interprété par nos deux amis 100 % hétéro. Même dessaoulés, ni l’un ni l’autre, ne veut apparaître comme un dégonflé et voilà le film mis sous tension avec un insoutenable suspense : vont-ils aller jusqu’au bout, vont-ils coucher ensemble ?

Les amateurs de pornographie seront déçus, ils n’auront rien à se mettre sous les yeux. D’autres auront reconnu un remake de "Humpday" de Lynn Shelton. Soit une comédie très indépendante - ni gay ni glauque - autour de deux trentenaires - un rangé et un bohème - jouant à "T’es cap ou t’es pas cap ?" Au passage, on s’interroge sur la valeur artistique de certains concepts : deux hétéros qui baisent comme deux homos, est-ce de l’art (contemporain) ou du (film) cochon ?

En vieillissant les personnages d’une bonne quinzaine d’années, Yvan Attal modifie le sens de la trame originale. On n’est plus en présence de deux adulescents qui veulent jouer au plus "mâle" dans cette ville très libérée de Seattle; mais de deux hommes d’âge mur confrontés à une question plus sexuelle et plus profonde. Sont-ils partis chacun de leur côté, très loin l’un de l’autre, par peur homosexuelle ? Ont-ils pris la tangente de leur vie ? C’est tout de suite moins drôle, plus chargé de regrets.

Par ailleurs, "Humpday" avait ce parfum rafraîchissant du film bricolé, un peu provocateur, volontiers déstabilisant. Yvan Attal prend le sujet au sérieux, la réalisation aussi, avec des ambitions artistiques affichées - à l’image de la scène très étudiée du parking -, avec une distribution haut de gamme emmenée par François Cluzet. On peut d’ailleurs se demander si c’est un bon choix. Le comédien, formidable, n’est pas en cause, mais sa différence d’âge empêche de rendre crédible cette complicité scolaire. Quant à son côté baroudeur buriné, elle file au film un coup de blues pathétique.

Réalisation : Yvan Attal. Scénario : Yvan Attal et Olivier Lécot d’après l’œuvre de Lynn Shelton. Avec : François Cluzet, Yvan Attal, Lætitia Casta, Charlotte Gainsbourg 1h28