Ridiculous

Lee Daniels est né à Cannes voici trois ans avec "Precious", un étrange conte bien réel de fées américaines. "Precious" est une gamine black, obèse, analphabète, battue par sa mère, violée par son père. L’histoire commence quand elle se fait renvoyer de l’école, car la directrice la trouve enceinte, à 16 ans, pour la deuxième fois. C’est qu’elle est déjà la mère d’une petite fille trisomique, principale source de revenus de la famille grâce aux allocations majorées. Et le conte de fées ? Eh bien, chaque fois qu’elle reçoit un coup au moral, au physique, "Precious" se projette dans un monde imaginaire où elle est idolâtrée. Sélectionnée à Cannes, nominée aux oscars, "Precious" s’est, de fait, retrouvée sur le tapis rouge, mitraillée par les photographes.

F.Ds

Lee Daniels est né à Cannes voici trois ans avec "Precious", un étrange conte bien réel de fées américaines. "Precious" est une gamine black, obèse, analphabète, battue par sa mère, violée par son père. L’histoire commence quand elle se fait renvoyer de l’école, car la directrice la trouve enceinte, à 16 ans, pour la deuxième fois. C’est qu’elle est déjà la mère d’une petite fille trisomique, principale source de revenus de la famille grâce aux allocations majorées. Et le conte de fées ? Eh bien, chaque fois qu’elle reçoit un coup au moral, au physique, "Precious" se projette dans un monde imaginaire où elle est idolâtrée. Sélectionnée à Cannes, nominée aux oscars, "Precious" s’est, de fait, retrouvée sur le tapis rouge, mitraillée par les photographes.

Le succès spectaculaire de "Precious" a attiré l’attention des stars, séduites par le style tape-à-l’œil de Daniels et son goût de la performance d’acteur. Sa carrière étant partie en vrille depuis quelques années, Nicole Kidman pensait trouver là un rôle qui en jette, en poupée Barbie amoureuse d’un taulard promis à la chaise électrique. Deux journalistes lui consacrent une enquête, car son procès constituait un cas exemplaire de justice expéditive. Notre Barbie les rejoint avec sa panoplie de combat : faux cils, perruque blonde, maquillage à la louche, robe moulante, talons hauts Les journalistes restent cool, mais le petit frère qui sert de chauffeur est chaud boulette.

L’histoire, Lee Daniels ne s’en préoccupe pas trop, il se dit que le spectateur la connaît et que sa première motivation est de venir voir un grand réalisateur - comme lui - au travail. Et il veut lui en donner pour son argent au moyen d’une impressionnante check-list d’effets de mise en scène : surxeposition, caméra à l’épaule, split screen, saturation noir et blanc, etc. Il se dit aussi qu’il vient voir des stars dans une performance. Alors, tout le monde se lâche. John Cusak, Zac Efron et, surtout, Nicole Kidman déménagent à tout berzingue. Seul Matthew McConaughey, fatigué sans doute d’en faire des caisses depuis tant d’années, retient l’attention par une certaine élégance dans cette boursouflure plus grotesque que pathétique.

Réalisation, scénario : Lee Daniels, d’après l’œuvre de Peter Dexter. Avec Matthew McConaughey, Zac Efron, N. Kidman 1h48.