Mais qui a réchauffé la daube ?

Revoici les agents Bullit et Riper. Alias Kad et Olivier. Lorsqu’un inconnu déterre le cadavre de Pamela Rose, dix ans après son meurtre, les agents déchus (le premier a pris du bide, le second promène son chien et son Stetson dans une banlieue trop propre pour être vraie) doivent refaire équipe. Avec pour enjeu rien de moins que la vie de la Présidente des Etats-Unis of America. Le premier opus était une parodie potache de piliers de la télévision et du cinéma américain - "Twin Peaks", "Les Experts" et les films de serial killers en tête. La forme en était marquée, et le tandem, comme jadis les Monty Python et naguère les Nuls, passaient à la moulinette du 36e degré les conventions du genre.

A. Lo.

Revoici les agents Bullit et Riper. Alias Kad et Olivier. Lorsqu’un inconnu déterre le cadavre de Pamela Rose, dix ans après son meurtre, les agents déchus (le premier a pris du bide, le second promène son chien et son Stetson dans une banlieue trop propre pour être vraie) doivent refaire équipe. Avec pour enjeu rien de moins que la vie de la Présidente des Etats-Unis of America. Le premier opus était une parodie potache de piliers de la télévision et du cinéma américain - "Twin Peaks", "Les Experts" et les films de serial killers en tête. La forme en était marquée, et le tandem, comme jadis les Monty Python et naguère les Nuls, passaient à la moulinette du 36e degré les conventions du genre.

Le temps a passé. Kad et Olivier ne regardent-ils plus la télévision ? Leur nouvel opus ne joue en rien des codes des nouvelles séries télé - pourtant devenues autrement plus populaires que le cinéma. On cherchera en vain la moindre référence à l’air du temps audiovisuel ou socio-politique. Il y avait pourtant matière, aussi bien sur la forme que sur le fond. Paresseux à cet égard, le film n’en met plein la vue qu’avec ses extérieurs tournés aux Etats-Unis, particulièrement à Washington D.C. Dommage. Quelques gags font encore sourire, un ou deux franchement rire - aussi bêtes ou élémentaires soient-ils. Mais rien qui justifie un traitement cinéma pour ce qui n’est qu’une accumulation de sketches pas plus délirants ou inspirés désormais que le tout-venant télévisuel ou du Web.

Réalisation et scénario : Kad Merad et Olivier Baroux. Avec Kad Merad, Olivier Baroux, Omar Sy, Audrey Fleurot 1h30.