La daube de la semaine

Tout ce qu’on peut espérer, c’est que Gérard Lanvin a été surpayé pour ce film. Et qu’il se fera surtaxer. Qu’il aura tellement les boules qu’il demandera, lui aussi, un passeport russe. Ça fera déjà deux Gérard de moins et quelques millions de plus pour faire vraiment du cinéma en France. Car "Amitiés sincères", c’est juste une pub sur mesure pour le beau Gégé.

F.Ds

Tout ce qu’on peut espérer, c’est que Gérard Lanvin a été surpayé pour ce film. Et qu’il se fera surtaxer. Qu’il aura tellement les boules qu’il demandera, lui aussi, un passeport russe. Ça fera déjà deux Gérard de moins et quelques millions de plus pour faire vraiment du cinéma en France. Car "Amitiés sincères", c’est juste une pub sur mesure pour le beau Gégé.

Il est Walter, il vit avec sa fille de 20 ans à laquelle il apporte chaque matin un jus d’orange avec des vitamines pour sa croissance, de l’engrais pour sa belle plante. Ce papa poule dirige un resto, "Les trois zèbres". Pas un boulot très crevant. Le matin, il vient donner quelques carottes à son équidé, pousse la porte des cuisines pour motiver ses troupes à la façon d’un président de club de foot faisant irruption dans les vestiaires. Un petit crochet par la cave pour prendre un Petrus ou Château d’Yquem et partager la bouteille avec ses deux meilleurs potes de 30 ans sur la table d’une librairie. Selon Walter, le secret de cette amicale longévité, c’est qu’ils se disent tout. C’est comme cela que Walter ignore que l’un est pédé - c’est pas le genre de Walter de dire homosexuel - et que l’autre se tape sa fille. Et nous, on en a pour deux heures pour enfin voir sa tête quand il va connaître la vérité.

Le problème, c’est qu’on s’en fout de la tête de Lanvin en roue libre dans son numéro du macho à la petite fêlure. On s’en fout de cette pièce de boulevard pourrie, rapiécée pour le cinéma et mise en scène par ordinateur. Stop, Lanvin, va voir en Mordovie si Depardieu n’y est pas. Dans dix ans, on prendra peut-être plaisir à vous revoir jouer la comédie. En attendant offrez-vous des vacances et nous aussi avec tous vos millions.

Réalisation : Stephan Archinard, François Prévôt-Leygonie. Avec Gérard Lanvin, Jean-Hugues Anglade, Wladimir Yordanoff 1h 44