Pour une fraction de seconde

Assassinat ou légitime défense ? Sur le banc des accusés, le jeune policier ne semble pas lui-même connaître la réponse. Ni l’un ni l’autre, sans doute. Pour le maire, c’est un héros, il a débarrassé Brooklyn d’un violeur. Pour le commissaire en chef, c’est un flic qui s’est pris pour un justicier. Le juge a tranché pour le non-lieu, mais Billy devra changer de métier.

Assassinat ou légitime défense ? Sur le banc des accusés, le jeune policier ne semble pas lui-même connaître la réponse. Ni l’un ni l’autre, sans doute. Pour le maire, c’est un héros, il a débarrassé Brooklyn d’un violeur. Pour le commissaire en chef, c’est un flic qui s’est pris pour un justicier. Le juge a tranché pour le non-lieu, mais Billy devra changer de métier.

On le retrouve sept ans plus tard, il a troqué son flingue pour un appareil photo, car il s’est reconverti en détective privé. Les temps sont durs, l’adultère ne rapporte plus comme avant, sa petite société vivote, quand le maire se rappelle à son bon souvenir. En pleine campagne électorale, il veut connaître l’amant de sa femme. Billy n’en croit pas ses yeux quand il découvre que la First Lady of New York rencarde le directeur de campagne du concurrent de son mari. Se sachant repérée, Madame le Maire lui offre le double pour son silence, alors qu’il n’y a rien de sexuel entre ces deux-là.

Dans quel jeu Billy est-il embarqué ? Il en ignore les tenants et les aboutissants; il ne connaît pas les autres joueurs, il n’a pas la moindre idée des règles. Une seule chose est sûre : il n’est qu’un pion.

D’ailleurs, le spectateur partage son état d’esprit : dans quel film est-il embarqué ? Au départ, cela ressemble à un thriller policier, puis cela bifurque en suspense politique avec vue sur les coups bas d’une campagne électorale. Ensuite, ça repart en thriller d’action avant de dériver en film noir quand la griffe du passé du héros se remet à suinter, quand l’alcool est de retour dans sa vie.

Le monde s’écroule autour de Billy, le sol se dérobe sous ses pas, à qui Mark Wahlberg, déboussolé et meurtri, peut-il faire confiance ? Russel Crowe, le maire, n’est-il pas trop roublard pour être honnête ? Pour qui roule sa femme, la belle Catherine Zeta-Jones ? Barry Pepper, le sympathique challenger, n’est-il pas un spécialiste du double langage ? Et que peut bien écrire le commissaire en chef sur son agenda caché ?

On reconnaîtra à Allen Hughes un certain talent pour réussir un nœud avec tous les fils de son récit. Mais il y a un prix à payer : des personnages trop simplifiés avec très peu d’épaisseur, et aussi un scénario qui s’appuie davantage sur des coups de théâtre que sur l’approche fouillée de l’âme tourmentée d’un policier hanté par une décision prise en une fraction de seconde.

F.Ds

Réalisation : Allen Hughes. Scénario : Brian Tucker. Avec Mark Wahlberg, Russell Crowe, Catherine Zeta-Jones, Barry Pepper 1h49.