Dans "L'Image manquante", Rithy Panh interroge les idéologies meurtrières

Après S21, la machine de mort Khmère rouge(2003), L'image manquante, présenté dans la section Un Certain Regard, marque l'aboutissement du processus qu'il a entamé depuis la fin de ses études en 1988.

Dans "L'Image manquante", Rithy Panh interroge les idéologies meurtrières
©N.D
Alain Lorfèvre, à Cannes

« Au milieu de la vie, l'enfance revient » déclare en préambule le texte à la première personne qu'il a écrit pour ce film autobiographique. A cinquante ans, le réalisateur peut enfin se souvenir de la sienne, brièvement joyeuse, mais brusquement interrompue lors de l'entrée des Khmers rouges dans Phnom Penh, le 17 avril 1975.

Cette invasion est la première image manquante : celle d'une capitale vidée de ses habitants, que l'on envoie en camps de rééducation. L'autre image manquante, est celle des parents et des frères et soeurs du réalisateur qui n'en sont pas revenus. Pour combler ce vide, Rithy Panh peuple son film de figurines de bois, qui par la puissance évocatrice de son texte, prennent vie dans leur immobilité éternelle. Les seules images d'archives de L'image manquante sont précisément du « cinéma », du mensonge, de la propagande : celle des Khmers.

L'évocation des épreuves qu'il a endurée, des horreurs dont il a été témoin, se fait sans excès d'emphase ni pathos. Rithy Panh est un témoin lucide et sage, mais jamais manipulateur. Il en profite néanmoins pour interpeller ceux qui à l'étranger se sont laissés aveugler par les discours de Pol Pot et sa clique ou qui ont ensuite cherché dans la culture bouddhiste une explication au fait que tout un peuple se soit laissé conduire à la mort : « quand on a faim, qu'on est fatigué, que l'on est déshumanisé, on ne se révolte pas » déclare calmement le narrateur.

Au-delà du cas spécifique et unique du Cambodge, Rithy Panh interroge toutes les idéologies meurtrières, tous les mécanismes de destruction méthodique de l'individu. Encore une fois, son dispositif, fait de saynètes fixe avec des figurines inanimées est d'une remarquable efficacité. Comme il parvenait à redonner vie aux victimes invisibles et oubliées des bourreaux de S21 en amenant ceux-ci à répéter leurs gestes de tortures, Rithy Panh nous donne ici le sentiment d'être témoin de chaque scène, de chaque anecdote, de chaque mort dont l'enfant qu'il a été nous témoigne.

Magicien de la mémoire et du documentaire, Rithy Panh réussit le tour de force de nous rendre obsédante chacune des « images manquantes » qu'il a convoqué. Son cinéma est une déclaration de puissance contre tous les mensonges de l'Histoire, toutes les tentatives d'amnésie, toutes les propagandes – une leçon documentaire.

Tous les détails: ici.


Sur le même sujet