La révolte gronde dans les Districts

Si l’on regrette que le film en revienne trop à l’original (avec une nouvelle partie de Jeux, réunissant cette fois d’anciens vainqueurs), il est néanmoins porté par une véritable tension politique. Découvrez la critique de 'Hunger Games: L'embrasement"

La révolte gronde dans les Districts
©AP
H.H.

Bonne surprise l’année dernière avec l’adaptation du roman pour ados de Suzanne Collins “Hunger Games”. En adoptant les codes audiovisuels partagés par la jeunesse (ceux de la téléréalité), Gary Ross s’adressait directement à elle pour lui livrer une fable flippante sur les dérives de la compétition à outrance. On y découvrait Katniss Everdeen (Jennifer Lawrence), une jeune fille qui déjouait les règles des Jeux de la Faim (jeux du cirque expiatoires de la société dictatoriale futuriste Panem) pour épargner son coéquipier, Peeta. On retrouve les deux jeunes gens alors qu’ils s’apprêtent à entamer une tournée triomphale dans les 12 Districts. Sauf que Katniss est de plus en plus vue par le Président Snow comme un danger, l’exemple de quelqu’un qui a osé refuser l’autorité. La tournée vire d’ailleurs au début d’insurrection quand les foules se lèvent pour protester ouvertement contre le régime…

Le réalisateur a changé – il s’agit cette fois de Francis Lawrence (“I Am Legend”) –, mais “Hunger Games 2” est toujours aussi efficace. Si l’on regrette que le film en revienne trop à l’original (avec une nouvelle partie de Jeux, réunissant cette fois d’anciens vainqueurs), il est néanmoins porté par une véritable tension politique. On sent, en effet, le souffle d’une possible révolution contre l’ordre établi, contre ce “Capitole” où habite une population de nantis décadents vivant de l’exploitation du travail du peuple, réduit en esclavage… Quand le film se clôt, on n’a pas vu le temps passer et on a assisté à quelques scènes d’anthologie. On n’a surtout qu’une seule envie : plonger dans “Hunger Games  : La révolte”, suite en deux parties prévue pour 2014 et 2015, toujours réalisée par Francis Lawrence. Où l’on verra enfin les masses se soulever contre leurs oppresseurs. Bref, la saga continue de parler directement à la jeunesse en éveillant sa conscience politique, en l’encourageant à s’indigner face à l’injustice de notre monde. Pas mal pour une grosse machine hollywoodienne comme celle-là  !

 "Hunger Games: L'embrasement" Réalisation  : Francis Lawrence. Scénario  : Simon Beaufoy et Michael Arndt. Avec Jennifer Lawrence, Woody Harrelson, Donald Sutherland, Elizabeth Banks, Lenny Kravitz, Stanley Tucci, Philip Seymour Hoffman… 2 h 26.