Les hommes parlent, les femmes se déshabillent: Bienvenue à Hollywood

Une enquête de la New York Film Academy met en lumière les différences entre les hommes et les femmes qui passent devant les caméras de blockbusters hollywoodiens.

Rédaction en ligne
Les hommes parlent, les femmes se déshabillent: Bienvenue à Hollywood
©Reporters

Avec Jennifer Lawrence en héroïne, les femmes sont à l'affiche et à l'honneur dans le deuxième volet de la trilogie Hunger Games. Une exception dans un cinéma hollywoodien encore très masculin, comme le révèle cette enquête de la New York Film Academy relayée par nos confrères du Standaard. Pour étudier le rôle accordé à la femme qui passe devant les caméras de La Mecque du blockbuster, l'académie new-yorkaise a passé au peigne fin les pellicules des 500 films les plus regardés entre 2007 et 2012. Et les résultats sont éloquents.

Parmi les rôles avec des dialogues, près de 70% sont réservés à des hommes. Ces messieurs se taillent d'ailleurs la part du lion dans la distribution des blockbusters, puisque seulement un film sur dix offre au moins la moitié des rôles à des femmes. La gent féminine semble par ailleurs consciente du problème, puisque le nombre de rôles accordés aux dames et demoiselles grimpe de 8% quand le scénariste est une scénariste, et même de 10% lorsque le régisseur est une femme.


Des femmes, des femmes, oui mais des bikinis

L'étude de la NYFA s'intéresse aussi aux costumes des acteurs et actrices made in Hollywood. Et là aussi, les chiffres parlent d'eux-mêmes: 26% des personnages féminins apparaissent dénudés sur nos grands écrans, contre seulement 9% de la gent masculine.

Enfin, 28% des actrices font parler leur talent dans des tenues provocantes ou "à connotation sexuelle", contre 7% des acteurs.

L'étude se poursuit avec des chiffres salariaux et une étude des hommes et des femmes qui prennent place dans l'équipe technique, de l'autre côté de la caméra, compilés dans l'infographie suivante.


New York Film Academy takes a look at gender inequality in film

Courtesy of: New York Film Academy