"Maps to the Stars": Hollywoodopolis

Après Wall Street dans "Cosmopolis", Cronenberg se livre à une satire de l’usine à rêves. Plus effrayante que drôle. Pour le réalisateur, "le monde du cinéma est incestueux en ce qu’il est très limité même si sa diffusion est mondiale". Critique et entretien.

Fernand Denis
"Maps to the Stars": Hollywoodopolis
Après Wall Street dans "Cosmopolis", Cronenberg se livre à une satire de l’usine à rêves. Plus effrayante que drôle. Pour le réalisateur,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité