"Robin des Bois, la véritable histoire" : La véritable daube de la semaine

Le titre du film de Marciano et Boublil serait-il chargé d’humour ? Boublil n’est pas le premier comique à en faire de Robin Hood un sujet de comédie. Mais dans cette adaptation, Robin des bois fait les poches des spectateurs

Fernand Denis

Dans cette adaptation, Robin des bois fait les poches des spectateurs

Robin des Bois, la véritable histoire, affirme le titre. Est-il une personne ou un personnage ? L’un et l’autre. Le brigand au grand cœur qui détrousse les riches et donne le butin aux pauvres relève à la fois d’une lointaine réalité historique et de la mythologie britannique. Les premières traces de son existence apparaissent dans des ballades du XIIIe siècle. Depuis, le célèbre habitant de la forêt de Sherwood a traversé les siècles et "Ivanhoé", le roman de Walter Scott. En 1908, il s’est retrouvé pour la première fois devant une caméra, anglaise of course, celle de Percy Stow. Depuis, Robin a sorti son carquois des dizaines de fois, pour le ciné et la télé. Du muet au porno, il est passé par tous les genres. S’il ne doit en rester qu’un film, c’est celui de Michael Curtiz. Errol Flynn, Olivia de Havilland, le technicolor électrique, la partition de Korngold. Immarcescible. Voilà pour un morceau de véritable histoire.

Le titre du film de Marciano et Boublil serait-il chargé d’humour ? Boublil n’est pas le premier comique à en faire de Robin Hood un sujet de comédie. Les Monty Python sont passés par là dans "Bandits, bandits", John "Robin" Cleese y soulignait le caractère malicieux de Frère Tuck. Dans le genre décalé, Tonino Ricci a converti notre archer aux arts martiaux dans "Robin, flèche et karaté". Et puis, il y a le "Sacré Robin des Bois" de Mel Brooks aussi mémorable que parodique. A son propos, le réalisateur-acteur disait quelque chose d’essentiel : "On ne peut pas réussir une parodie de quelqu’un qu’on n’aime pas."

Max Boublil aime-t-il Robin des Bois ? Il en a entendu parler, il sait ce que tout le monde sait, mais celui que Max Boublil aime, c’est Max Boublil. Il se trouve super dans le costume de Robin des Bois. Et puis il aime son idée très originale : Robin qui vole les pauvres pour devenir riche. Le garçon ne doit pas être de Charleroi, il saurait qu’au parti socialiste, on a toujours fait comme cela. Il doit aussi trouver génial d’avoir permis à Gérard Darmon de se lâcher en shérif.

Mais que s’est-il passé ? "Les gamins" du tandem Boublil/Mariano, c’était une chouette comédie avec Chabat. Avec Chabat ! Ce serait cela l’explication ! Pas de Chabat et tout tombe à plat. Boublil fait l’idiot et ne plus rire que lui. Les spectateurs, eux, se regardent et se demandent réciproquement : "Vous voyez ce que je vois ?" Eh oui, Robin des Bois est en train de nous faire les poches, car ce film est une véritable arnaque.


Réalisé par Anthony Marciano. Scénario : M. Boublil, A. Marciano. Avec Max Boublil, Géraldine Nakache, Malik Bentalha… 1h27