"Kidnapping Mr Heineken" : Un film pression

Inspiré d’un rapt vrai, un thriller habilement casté qui voit le talent d’Anthony Hopkins idéalement utilisé.

F.Ds

Inspiré d’un rapt vrai, un thriller habilement casté qui voit le talent d’Anthony Hopkins idéalement utilisé.

Il y a toujours une solution, mais elle n’est pas toujours bonne. Aux Pays-Bas, quatre associés d’une entreprise de construction éprouvent beaucoup de difficultés à traverser la crise du début des années 80. Leur gros problème : leur bâtiment principal est occupé par des squatters qu’ils ne parviennent pas à déloger.

L’idée germe alors chez l’un d’entre eux de risquer leur liberté contre un gros paquet d’argent. Quel risque ? Organiser un kidnapping. Quel paquet d’argent ? La plus grosse rançon jamais réclamée pour une personne, en l’occurrence Freddy Heineken, le célèbre brasseur hollandais.

Daniel Alfredson met en scène un thriller assez classique tout en privilégiant la dimension psychologique de cet authentique fait divers.

Ainsi le choix de Heineken n’est pas seulement motivé par sa fortune, mais également par le fait que le père d’un des malfrats fut licencié par l’entreprise brassicole après vingt ans de service.

Ensuite, le scénario s’attache surtout aux tensions entre membres de la bande. Le plus dur n’est pas d’enlever Heineken, de lui trouver une planque sûre, mais bien d’obtenir la rançon. Plus les jours passent, plus la tension monte, faisant apparaître la paranoïa chez l’un, la violence chez l’autre, la conviction chez chacun que leur vie d’avant ne reviendra jamais. Pour le meilleur, pensaient-ils. En attendant, c’est le pire.

Enfin, et c’est le plus intéressant, c’est Freddy Heineken lui-même, un homme d’affaires aux nerfs d’acier. Capable de s’adapter à toutes les situations, il prend l’ascendant sur cette bande de truands, intelligents certes, mais psychologiquement faibles.

Dans cet ordre d’idée, le casting est habile en choisissant Anthony Hopkins, comédien d’exception dont on connaît la puissance de terreur face à de jeunes acteurs de talent mais encore verts comme Sam Worthington, Jim Sturgess.

Bref, un thriller qui peine tout de même à se faire mousser (désolé, personne n’est à l’abri d’un coup de pompe).


placeholder
© DR

 Réalisation : Daniel Alfredson. Avec Anthony Hopkins, Sam Worthington, Jim Sturgess… 1h35