"Entourage" : Hollywood insiders

La série "Entourage" fait un dernier au revoir à ses fans en version (trop) longue.

H. H.

La série "Entourage" fait un dernier au revoir à ses fans en version (trop) longue.

Qu’est-ce qu’on les a aimés ces petits New-Yorkais qui débarquaient à L.A. pour partir à la conquête d’Hollywood. Il y a 10 ans, on rencontrait Vince Chase (Adrian Grenier) alors qu’il venait d’incarner le super-héros "Aquaman" pour James Cameron. Le jeune acteur venait de forcer les portes d’Hollywood, entouré de son pote Eric, ancien gérant de pizzeria dans le Queens reconverti en manager, Turtle, le pote latino devenu chauffeur, et Johnny "Drama", le demi-frère acteur raté (Kevin Dillon, génial d’autodérision). Sans oublier, bien sûr, Ari Gold, l’agent sur les nerfs (formidable Jeremy Piven).

Durant huit saisons, Doug Ellin nous a raconté leurs aventures dans "Entourage". Produite par Mark Whalberg, du parcours duquel elle s’inspire, la série offrait un regard de l’intérieur très affûté sur l’envers du décor de la machine à rêves hollywoodienne, mêlant habilement fiction et réalité grâce à une série de caméos tous plus délectables les uns que les autres. De Martin Scorsese à la star du porno Sacha Grey en passant par 50 Cent, Paul Haggis, Nick Cassavetes, Bono, Eminem et combien d’autres.

Comme pour "Sex and the City" il y a quelques années, HBO et Warner offrent à "Entourage" un dernier tour de piste sur grand écran. Le rêve pour les fans. Pas sûr que le film, écrit et réalisé par Doug Ellis lui-même, puisse intéresser au-delà du cercle fermé des téléphages avertis…

Si le regard sur la faune hollywoodienne est toujours aussi juste (le passage par la case Golden Globes est plutôt savoureux), le passage au long format enlève beaucoup de sa puissance comique à "Entourage". D’une sitcom d’épisodes de 20-30 min, on passe à un film d’1 h 45. Le rythme effréné est malheureusement perdu et le film patine pas mal.

Surtout, comme si le passage sur grand écran l’imposait, tout est plus clinquant, bigger than life : pour son premier film comme réal, Vince réalise un blockbuster à 100 millions de dollars, Ari est patron de studio, Turtle est devenu millionnaire grâce à sa tequila… On n’a plus affaire à une bande de bras cassés mais à des pontes d’Hollywood qui détiennent désormais les rênes du pouvoir. Il y a même quelque chose de triste de voir ces ados attardés, puérils et machos, se conformer ainsi au modèle dominant…


"Entourage" : Hollywood insiders
©dr

 Scénario & réalisation : Doug Ellin. Photographie : Steven Fierberg. Montage : Jeff Groth. Avec Adrian Grenier, Kevin Dillon, Jeremy Piven, Kevin Connely… 1 h 44.