"Mission impossible : Rogue Nation" : L’un des divertissements les plus réussis de l’été

L’intrigue implique davantage le spectateur, l’histoire prend une nouvelle ampleur et l’humour est plus subtil que dans le volet précédent ("Mission impossible : Protocole Fantôme").

Aurélie Moreau

Ethan Hunt reprend du service pour les services secrets britanniques.

Plus de quarante ans après la fin de la série télé, on pensait la franchise épuisée. Il n’en est rien. Le cinquième volet cinématographique des aventures d’Ethan Hunt est un excellent cru. Outre-Atlantique, la critique ne tarit pas d’éloges : "Enorme !", "inventif", "Mission impossible : Rogue Nation" serait "le plus satisfaisant, intense et intelligent épisode de toute la série", "un film impressionnant tant il est divertissant et n’insulte pas l’intelligence du spectateur".

Le schéma - décidément bien rôdé - ne parvient toutefois pas à convaincre par son originalité : l’unité d’élite d’agents secrets américains de l’Impossible Missions Force (IMF) s’occupe à nouveau des missions les plus difficiles. Ethan prend les commandes pour mettre à jour une nouvelle trahison. L’IMF est compromise, l’autorité en place désavoue l’équipe, qui doit alors résoudre les conflits ou prouver son innocence (au choix). En prime, Ethan Hunt sauve les Etats-Unis. Ici, la Grande Bretagne.

Accroché à la porte d’un A400M en plein décollage, Tom Cruise renouvelle non seulement son capital sympathie (après ses déboires philosophiques) mais offre également un mega coup de pub à l’avion militaire d’Airbus qui souffre encore du crash survenu à Séville en mai dernier.

Cascades, dilemmes éthiques, courses-poursuites, rebondissements… Dans sa catégorie (film d’espionnage et d’action aux relents de comédie romantique), "Mission impossible : Rogue Nation" n’en demeure pas moins cohérent, bien construit et probablement l’un des divertissements les plus réussis de l’été.

L’intrigue implique davantage le spectateur, l’histoire prend une nouvelle ampleur et l’humour est plus subtil que dans le volet précédent ("Mission impossible : Protocole Fantôme").

Difficile d’en attendre moins de Christopher McQuarrie ("Jack Reacher"), le nouveau maître d’œuvre de la franchise. Lauréat de l’Oscar du meilleur scénario original pour "Usual Suspect", il officie désormais comme réalisateur et scénariste après avoir participé au scénario du quatrième opus à la demande de Tom Cruise.

Ce nouveau volet permet également à une nouvelle arrivante, Rebecca Ferguson, de partager l’affiche à part égale avec Tom Cruise. Repérée tardivement par les studios de cinéma, la Suédoise affiche quinze ans de carrière à la télévision nordique et britannique. Les coéquipiers d’Ethan Hunt ne sont pas en reste : Simon Pegg, Jeremy Renner et Ving Rhames tiennent également le haut de l’affiche.

placeholder
© DR