"Hotel Transylvanie 2" : A l’école des monstres

Sony Pictures Animation donne une suite, gentillette et guère inspirée, à sa comédie vampirique.

Hubert Heyrendt

Sony Pictures Animation donne une suite, gentillette et guère inspirée, à sa comédie vampirique.

C’est l’excitation dans les couloirs de l’Hôtel Transylvanie. Mavis la jolie vampire et son Johnny d’humain se marient ! Sous le regard bienveillant de son père Dracula, de Frankenstein, la Momie, l’Homme invisible, le Blob et toute une clique de monstres bien décidés à vivre en bonne entente avec les humains dans leur palace 5 étoiles. Quand, quelques mois plus tard, sa fille lui annonce qu’elle est enceinte, Drac est aux anges : il y aura un nouveau vampire dans la lignée ! Sauf que les premières canines du petit monstre se font attendre… Pour l’aider à devenir un vrai méchant, papy et sa bande décident de tout essayer pour lui faire peur et provoquer ainsi la pousse des dents…

En 2012, "Hotel Transylvanie" avait ravi des hordes de bambins en réactualisant les stars du cinéma fantastique, envisagées cette fois comme des gentils. Toujours à la production, à l’écriture et à la voix de Dracula en VO (la VF étant cette fois prise en charge par Kad Merad, plutôt à l’aise dans l’exercice), Adam Sandler donne une suite sans panache aux aventures de ses monstres.

Toujours réalisé par Genndy Tartakovsky et produit par les studios Sony Pictures Animation, ce second opus fait le job pour en mettre plein la vue aux plus petits avec une animation enlevée (à défaut d’être intéressante esthétiquement) et une utilisation plutôt à bon escient de la 3D. Les plus grands resteront par contre de marbre face à ce conte gentillet sur la tolérance et l’acceptation de la différence. Humour gaga, situations attendues, refus du mauvais esprit… "Hôtel Transylvanie 2" est une production hollywoodienne des plus quelconques. Pas indispensable donc…

"Hotel Transylvanie 2" : A l’école des monstres
©DR

 Réalisation : Genndy Tartakovsky. Scénario : Adam Sandler & Robert Smigel. Musique : Mark Mothersbaugh. Montage : Catherine Apple. Avec les voix françaises de Kad Merad, Virginie Efira, Alex Goude, Michel Galabru… 1h29.