"Chair de poule" : Débauche de bons sentiments

Une adaptation très sage de la série de livres fantastiques pour enfants.

Heyrendt Hubert

Une adaptation très sage de la série de livres fantastiques pour enfants.

Après la mort de son père, Zach (Dylan Minette) et sa mère quittent New York pour emménager à Madisson, petite ville tranquille du Delaware. Le jeune homme doit s’adapter à sa nouvelle vie, sa nouvelle école. Et rapidement, il tombe sous le charme de sa jeune voisine Hannah (Odeya Rush). Ce qui n’est pas du tout du goût de son père (Jack Black), type sombre qui semble cacher un lourd secret. Intrigué, Zach s’introduit chez lui et découvre une bien étrange bibliothèque, compilant tous les livres de la collection "Chair de poule", tenus sous clé. Et pour cause… Alors qu’il ouvre l’un des tomes consacré à l’Abominable Homme des neiges, voilà t’y pas que le géant poilu prend vie. Bientôt suivi par tous les monstres de la saga, bien décidés à mettre la ville à sac…

Publiée entre 1992 et 1997 aux Etats-Unis (et en français chez Bayard Jeunesse entre 1995 et 2001), la collection de livres fantastiques pour enfants et jeunes adolescents "Chair de poule" a connu un immense succès outre-Atlantique. Après une première adaptation en série télé, les monstres s’animent désormais au grand écran.

La bonne idée scénaristique est de ne pas adapter l’un des romans en particulier mais bien d’imaginer une nouvelle histoire qui les rassemblerait tous, sous forme d’une mise en abîme. Sans forcer son talent, Jack Black incarne en effet R.L. Stine lui-même, obligé de trouver une solution littéraire pour venir à bout des créations sorties de son imagination fertile (il a quand même pondu plus de 80 de ces histoires à lire en tremblant sous la couette !).

Fidèle à la série, le film cible spécifiquement les jeunes, n’oubliant aucun cliché sur l’univers adolescent américain : bal de promo, le copain nerd, le centre commercial, le poste de police… Tandis que l’horreur est ici toute relative, "Chair de poule" lorgnant plus vers la comédie que l’effroi. Le tout sous la caméra, totalement inoffensive et ininventive, de Rob Letterman, surtout connu pour le film d’animation "Gang de requins". La musique de Danny Elfman (qui, lui non plus, ne se foule vraiment pas) laisse imaginer ce que Tim Burton aurai pu faire de cet univers, qu’il aurait joyeusement perverti, au lieu d’en rester à une débauche de bons sentiments.


"Chair de poule" : Débauche de bons sentiments
©DR

 Réalisation : Rob Letterman. Scénario : Darren Lemke (d’après les livres de R. L. Stine). Photographie: Javier Aguirresarobe. Musique : Danny Elfman. Avec Jack Black, Dylan Minette, Odeya Rush, Ryan Lee, Amy Ryan… 1h43