"Spotlight" : Thriller qui redonne corps à une certaine forme de cinéma engagé

Invité surprise des Oscars (avec six nominations, dont celles de meilleur film et de meilleur réalisateur), “Spotlight” est une mise en accusation dans les formes de l’attitude de l’Eglise catholique de Boston dans les scandales de pédophilie qui la frappèrent à répétition.

H.H.

Tom McCarthy mène l’enquête sur les prêtres pédophiles à Boston. Fort !

Invité surprise des Oscars (avec six nominations, dont celles de meilleur film et de meilleur réalisateur), “Spotlight” est une mise en accusation dans les formes de l’attitude de l’Eglise catholique de Boston dans les scandales de pédophilie qui la frappèrent à répétition. L’angle choisi est de retracer le travail minutieux réalisé par la cellule d’investigation du grand quotidien “Boston Globe”.

A la façon d’un Alan Pakula dans “Les Hommes du président”, Tom McCarthy observe en effet au plus près une rédaction au travail. Pendant des mois, “Spotlight” a enquêté sur ces affaires de pédophilie, non pour dénoncer quelques cas isolés mais pour prouver comment, durant des décennies, le cardinal Law avait couvert les turpitudes de ses prêtres en signant des accords à l’amiable avec les familles de victimes et en délocalisant les abuseurs vers d’autres paroisses ou en les plaçant en maisons de soins. L’affaire date de 2001 mais elle résonne évidemment toujours avec une terrible acuité un peu partout dans le monde.

Très rigoureux dans sa mise en scène, le cinéaste américain réunit un casting parfait (Michael Keaton, Mark Ruffalo, Liev Schreiber, Stanley Tucci, Rachel McAdams…) pour incarner ces hommes et ces femmes qui se sont battus pour faire exploser au grand jour une vérité qu’une ville entière refusait d’affronter. Car en creux, “Spotlight” est aussi un portrait de Boston, la métropole de Nouvelle Angleterre, incarnation de l’Amérique des pionniers. Filmant la ville, ses quartiers, ses clochers, ses bars, ses galas de charité, McCarthy montre concrètement le poids de l’Eglise catholique sur toute une communauté.

Acteur vu notamment dans “Meet the Parents” et auteur de petits films indépendants délicats – on se souvient notamment du joli “Win Win” avec Paul Giamatti en 2013 ou de “The Visitor” avec Richard Jenkins en 2007 –, McCarthy signe avec “Spotlight” une ode au journalisme d’investigation sous la forme d’un thriller ambitieux et tendu. Renouant avec un genre si prisé par Hollywood dans les années 70, il redonne corps à une certaine forme de cinéma engagé dans la dénonciation des travers de l’histoire américaine contemporaine.

Un carton final précise ainsi qu’après sa démission de l’archevêché de Boston, le cardinal Law a été nommé par le Vatican… archiprêtre émérite de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome. Avant d’énumérer les innombrables villes dans le monde où des scandales analogues ont eu lieu. Dont Bruges…


"Spotlight" : Thriller qui redonne corps à une certaine forme de cinéma engagé
©DR

 Réalisation : Tom McCarthy. Scénario : Josh Singer & Tom McCarthy. Photographie : Masanobu Takayanagi. Musique : Howard Shore. Montage : Tom McArdle. Avec Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams, Liev Schreiber, John Slattery, Stanley Tucci… 2h08