"Keeper" : Film palpitant et délicat

Guillaume Senez signe un premier film palpitant et délicat autour d’une ques- tion inattendue : l’instinct paternel existe-t-il à 16 ans ?

Fernand Denis

Guillaume Senez signe un premier film palpitant et délicat autour d’une question inattendue : l’instinct paternel existe-t-il à 16 ans ?

Suis enceinte.

Un soir, Max, 15 ans reçoit ce message de Mel(anie), sa petite amie, 15 ans aussi.

Max n’y croit pas mais Predictor confirme. Alors, il prétend que ce n’est pas lui. Vexée, humiliée, Mel l’envoie balader.

Même en se donnant à fond au foot, Max ne parvient pas à se calmer. La nouvelle est trop énorme. A qui en parler ? Au planning familial, on lui dit que c’est à elle à décider et rien ne presse. Il y a du temps pour réfléchir. C’est trop mignon, un bébé. A la foire, le petit couple s’en remet au hasard. Si on gagne la peluche, on le garde. Mais un éléphant, ça trompe énormément.

Marchant en équilibre sur une bordure, Mel fait son choix : avorter. Max l’accompagne jusqu’à l’hôpital mais il ne peut franchir la porte. Il lui envoie un SMS : "T’es sûre" ? Non, elle n’est pas sûre et se donne encore un peu de temps. Jusqu’au moment où il est trop tard.

Guillaume Senez suit ainsi un petit couple brutalement confronté à des responsabilités qui ne sont pas de leur âge. Alors les parents s’en mêlent. La mère de Mélanie ne veut pas que sa fille fasse la même "connerie" qu’elle. La maman de Max est plus à l’écoute des désirs de la toute jeune fille.

On suit un petit couple, disait-on, car on met un temps à s’apercevoir que la grossesse est vue du point de vue du garçon à qui l’on répète du planning familial à sa "belle-mère" qu’il n’a pas voix au chapitre. Que c’est une affaire de femmes. En fait, Max occupe dans la vie la même position que sur le terrain, celle du keeper, celui qui subit le jeu.

Déjà qu’il y a controverse sur l’existence de l’instinct maternel, alors l’instinct paternel peut-il exister à 16 ans ? C’est la surprenante question qui émerge progressivement dans ce premier film. Et c’est bien d’instinct qu’il s’agit. Max a envie d’être papa. Après, chacun fera sa lecture psychologique. Veut-il donner à son enfant ce qui lui a manqué : un père à la maison ?

Guillaume Senez signe une première mise en scène très naturaliste, sans fioritures, tirant l’essentiel de sa force de ses acteurs, des deux adolescents qui l’une et l’autre ont l’âge, l’innocence, la fraîcheur de leur rôle.

Kacey Mottet Klein est déjà un acteur expérimenté, il est "L’Enfant d’en haut" d’Ursula Meier devenu grand, très grand même, absolument méconnaissable, mais le talent ne s’est pas perdu en route. En revanche, inconnue, Galatea Belugi fait preuve d’un naturel touchant. La direction d’acteur est à l’évidence un point fort de Guillaume Senez car les comédiens adultes Catherine Salée, Sam Louwyck et Laetitia Dosh aussi sont épatants, donnant beaucoup de présence, d’épaisseur, de complexité à leurs personnages en très peu de scènes.

Guillaume Senez réalise un premier film passionnant et surprenant tant il s’aventure sur un terrain (on peut l’écrire) qui, inconsciemment, semblait réservé aux femmes.


"Keeper" : Film palpitant et délicat
©DR

 Réalisation : Guillaume Senez. Scénario : Guillaume Senez, David Lambert. Avec Kacey Mottet Klein, Galatéa Bellugi, Catherine Salée, Sam Louwyck, Laetitia Dosh… 1h 31