"Second Chance": Injustice ordinaire

Quand un flic découvre chez des drogués, macérant dans ses excréments, un bébé de l’âge du sien.

F.Ds

Quand un flic découvre chez des drogués, macérant dans ses excréments, un bébé de l’âge du sien.

Caché dans un placard, un bébé macère dans ses excréments. Un inspecteur vient de le découvrir par hasard lors d’une intervention dans l’appartement d’un repris de justice et de sa compagne, tous deux drogués.

Le choc est psychologiquement d’autant plus violent que notre flic est un tout jeune papa d’un bébé du même âge, lequel bénéficie de tout le confort scandinave, de tout l’amour possible. Ainsi, quand son petit Alexander pleure la nuit et qu’on ne parvient pas le calmer, il ou elle l’emmène faire un tour en poussette ou en voiture pour l’endormir. D’autant plus violent, que les services sociaux ne peuvent intervenir.

Mais voila qu’une nuit, le bébé de notre bel inspecteur ne se réveille plus. Devant son enfant mort, sa femme pète un câble, refusant catégoriquement d’appeler les secours. Son homme réussit à la calmer avec des somnifères. C’est après qu’une idée dingue lui traverse l’esprit. Oui, exactement la même que vous. Sans réfléchir au lendemain, il se rend dans l’apart’ dont il avait défoncé la porte, et alors que les parents gisent complètement défoncés, il dépose son petit Alexander, le barbouille d’excréments, et subtilise le petit Sofus,

Est-ce cela la seconde chance ? Vivre dans un landau parfumé plutôt qu’une cuvette de WC, avec des parents attentionnés plutôt que des junkies à la masse ?

En attendant de connaître la réponse, on est plongé dans un thriller et un vrai malaise au contact de ce double drame familial où les bébés sont traités de façon difficilement supportable. Alors que les deux mamans sont anéanties, que les hommes imaginent des solutions improbables; uzanne Bier fait monter la tension avec maestria en filmant au-delà de la fleur de peau, à même l’épiderme, en perçant la zone de confort. Ce n’est qu’à l’issue du récit qu’apparaissent ses intentions. Au-delà du thriller, il y a une démonstration sociale. D’un côté, un couple de marginaux et de l’autre un couple de pub: quel est le meilleur endroit pour grandir pour le petit Sofus.

Suzanne Nient aime les situations tranchées et déteste les conclusions hâtives. On se souvient de "Brothers", de ces deux frères dont l’un filait droit et l’autre de travers. L’un avait une belle famille et l’autre sortait de prison, déjà. Le problème, c’est qu’ici démonstration rime avec manipulation.

Reste des acteurs formidables .

placeholder
© D.R.


Réalisation : Susanne Bier. Scénario : Anders Thomas Jensen. Avec Nikolaj Coster-Waldau, Maria Bonnevie, Ulrich Thomsen… 1h 42