"Démolition" : Un homme en reconstruction

Apathique, Davis Mitchell (Jake Gyllenhaal) l’était déjà dans la voiture, aux côtés de sa femme, lorsqu’elle décède dans un accident. Le drame n’a évidemment rien arrangé à sa situation.

"Démolition" : Un homme en reconstruction
© The Searchers
P. L.

Apathique, Davis Mitchell (Jake Gyllenhaal) l’était déjà dans la voiture, aux côtés de sa femme, lorsqu’elle décède dans un accident. Le drame n’a évidemment rien arrangé à sa situation. Même son travail de financier, dans lequel il excellait, ne possède plus d’attrait à ses yeux. La vie l’ennuie, tout simplement. Jusqu’à ce qu’une voix au bout du fil réponde à ses réclamations extravagantes et bourrées d’anecdotes personnelles, bien que ne concernant à la base qu’une pièce indûment avalée par un distributeur automatique. Ce tout petit moment d’humanité lui donne l’impression d’encore exister. Une sensation qu’il n’avait plus ressentie depuis si longtemps.

Après "Dallas Buyers Club" et "Wild", le Québécois Jean-Marc Vallée s’attaque à nouveau au mal-être des Américains, à la déshumanisation de la société, aux chemins ardus pour retrouver de la dignité et une identité. Cinématographiquement, cette destruction obligatoire pour se reconstruire n’est pas toujours captivante, mais le thème, lui, finit par vous retourner l’âme. Ce film lent et sobre s’adresse avant tout aux cinéphiles désireux de se poser des questions sur la vie qu’ils mènent.


placeholder
© DR

 Réalisation : Jean-Marc Vallée. Scénario : Bryan Sipe. Photographie : Yves Bélanger. Montage : Jay M. Glen. Avec Jake Gyllenhaal, Naomi Watts, Chris Cooper… 1h40