"Krigen" : Dilemme militaire

Le Danois Tobias Lindholm pose la question de la morale en temps de guerre. Ambigu.

Hubert Heyrendt

Le Danois Tobias Lindholm pose la question de la morale en temps de guerre. Ambigu.

Chef d’un bataillon danois en Afghanistan, Claus est absent depuis des semaines de la maison, au grand dam de sa femme et de ses trois enfants, qui aimeraient le revoir à leurs côtés. Sur le terrain, le jeune homme tente de mener sa troupe le plus justement possible pour garantir sa sécurité, tout en venant en aide aux villageois afghans quand c’est possible. Pris dans le feu de l’action dans une attaque de Taliban, il passe un ordre de bombardement pour sauver ses hommes. Onze civils y laissent la vie. Rapatrié au Danemark, Claus est jugé par un tribunal spécial. La cible visée par son ordre était-elle civile - auquel cas il risque quatre ans de prison - ou militaire - c’est alors l’acquittement ?

Après l’impressionnant "Hijacking" en 2013, sur la prise d’otages d’un navire danois par des pirates somaliens dans l’océan Indien, le cinéaste danois Tobias Lindholm retrouve son acteur fétiche Pilou Asbæk pour la quatrième fois, dans un film tout aussi dur et "testostéroné". En tout cas dans sa première partie, qui décrit, de façon ultra-réaliste, le quotidien des soldats danois engagés en Afghanistan.

La question que pose le cinéaste n’est pas celle de la légitimité de cette guerre décidée au niveau politique par le gouvernement danois. Elle est morale. "Krigen" met en effet en scène le dilemme d’un homme. Doit-il mentir pour sauver sa peau et retrouver sa famille, à qui il a déjà trop manqué, ou assumer les conséquences de sa décision ? Dans les deux cas, il est rongé par la culpabilité.

En se positionnant uniquement du point de vue de la morale personnelle, le scénariste de la série "Borgen" évacue sans doute un peu facilement la responsabilité collective d’un pays engagé dans une guerre extérieure. Quitte, comme dans "Hijacking", à manipuler le spectateur, forcément en empathie avec ce brave père de famille.

Porté par une réalisation toujours aussi solide, qui colle aux basques de son personnage - que ce soit sur le terrain des opérations ou de retour au Danemark -, "Krigen" est un film de guerre pas comme les autres, qui adopte un point de vue moral pour décrire, de façon certes ambiguë, les conséquences de la guerre sur les hommes qui y sont engagés.


"Krigen" : Dilemme militaire
©IPM

 Scénario&réalisation : Tobias Lindholm. Photographie : Magnus Nordenhof Jønck. Musique : Sune Wagner. Montage : Adam Nielsen. Avec Pilou Asbæk, Alex Høgh Andersen, Dar Salim, Tuva Novotny… 1 h 55.