"Me before you" : Drame au château

Emilia Clarke, héroïne d’un mélo lacrymogène plus surprenant qu’il n’y paraît.

F.Ds

Emilia Clarke, héroïne d’un mélo lacrymogène plus surprenant qu’il n’y paraît.

Serveuse dans le café pâtisserie en face du château, Louisa est vraiment sweet. Mais c’est la crise. Les clients sont rares et le patron sincèrement désolé de s’en séparer. Une catastrophe pour la jeune femme.

A Pembroke au Pays de Galles, l’emploi est aussi rare qu’un bus des Tec une semaine de grève émotionnelle. Son père est au chômage, sa sœur fille-mère voudrait reprendre des études, son salaire était indispensable pour empêcher la famille de basculer dans la misère. Est-on chez Ken Loach ? Non, les couleurs sont trop flashy et le pôle emploi lui propose un job bien payé : garde-malade chez les notables de la cité. Fauché par une moto, le fils des propriétaires du château est paraplégique à jamais.

La sympathique jeune femme, toute fraîche, toute naïve, toute working-class rendra-t-elle goût à la vie à notre jeune homme toujours très riche mais bien moins sportif et beau parti ? Sa top biche l’a laissé tomber illico.

Voilà le programme d’un mélodrame avec davantage de ressources qu’il n’en a l’air malgré ses stigmates d’une harlequinerie : fille pauvre débordante de vie et garçon blindé malheureux. Comment va-t-elle s’y prendre ? En trouvant de l’aide auprès de la costumière qui la fait défiler avec une garde-robe désopilante et des pompes rigolotes. Ça… marche sur le spectateur et donc sur le gaillard qui esquisse un demi sourire.

C’est parti pour un vrai mélo qui va slalomer entre les clichés du genre tout en décalant la question initiale. En effet, il s’agit moins pour notre homme de trouver le goût que du sens à sa vie. A quoi peut-elle encore servir ? Faire découvrir à Louisa, qu’il existe des films avec des sous-titres.

La réalisatrice Thea Sharrock a préparé un gros gâteau à la crème lacrymogène, évidemment très sucré mais dont le goût est relevé par des pointes d’amertume et même une question de fond qui laisse le film ouvert au débat.

Les fans d’Emilia Clarke seront ravis de voir leur héroïne de "Game of Thrones" changer de caractère, de personnages, de tempérament et de costumes. Son abattage fait d’elle une héritière d’Helena Bonham Carter.


placeholder
© IPM

 Réalisation : Thea Sharrock. Scénario : Jojo Moyes. Avec Emilia Clarke, Sam Claflin, Jenna Coleman… 1h50