"All Roads Lead to Rome" : La daube de la semaine

C’est peu dire que l’intrigue ne tient pas la route, d’autant que les péripéties sont aussi crédibles qu’une déclaration sur l’honneur de Silvio Berlusconi. Ella Lemhagen réussit même le tour de force de rendre moche la Toscane.

Fernand Denis

Ella Lemhagen réussit le tour de force de rendre moche la Toscane.

Une série de cartes postales cheaps de New York n’augure pas d’un film très inspiré. L’avion vient de décoller pour l’Italie et Sarah Jessica Parker fait la promo de ce pays européen à son insupportable fille aux cheveux roses qui préférerait encore aller chez le dentiste. On n’a qu’une envie, changer de place mais le vol est payé et la ceinture bouclée. C’est parti pour une comédie romantique mal écrite, mal préparée, mal jouée, mal foutue.

A peine arrivée à la location, la gamine, mineure, vole une voiture pour revenir à l’aéroport. Dans la décapotable Alfa rouge vintage, il y a une mémé qui veut aller à Rome. C’est peu dire que l’intrigue ne tient pas la route, d’autant que les péripéties sont aussi crédibles qu’une déclaration sur l’honneur de Silvio Berlusconi.

Non seulement, le scénario sent le premier jet même pas relu, mais les repérages ont aussi été bâclés. Filmée par Ella Lemhagen, la Toscane, c’est moche. Un point de vue qui constitue, par ailleurs, la seule originalité du film.

Quant aux interprètes, Sarah Jessica Parker minaude, son bel Italien fait le transi depuis 20 ans, la gamine joue comme ses cheveux et Claudia Cardinale aurait dû s’abstenir. Et ça, ça rend triste.

Ella Lemhagen devrait être poursuivie pour mauvais traitements du scénario, de l’Italie, de Claudia Cardinale. Et son film saisi, afin d’éviter à de malheureux spectateurs d’être grugés de 10 euros et 90 minutes.


"All Roads Lead to Rome" : La daube de la semaine
©IPM

 Réalisation (?) : Ella Lemhagen. Avec Sarah Jessica Parker, Rosie Day, Raoul Bova, Claudia Cardinale… 1 h 30.