"C'est quoi cette famille?" : Famille recomposée 2.0

Une gentille comédie familiale où les enfants prennent le pouvoir.

A.Lo.

Une gentille comédie familiale où les enfants prennent le pouvoir.

Bastien, 13 ans, a six demi-frères et demi-soeurs fruits des amours successifs de huit adultes. Fatigués de "faire les tortues" entre autant de demeures - soit déménager à tour de rôle chaque semaine au gré des gardes (et de leurs aménagements) - et d’affronter les aléas de la vie sentimentale de leurs géniteurs, la fratrie recomposée joue de la confusion du calendrier des gardes (un arbre généalogique à lui tout seul) pour squatter l’appartement d’une défunte grand-mère. Et d’imposer à leurs parents d’inverser les rôles : ce sont eux, désormais, qui feront les allers-retours.

Gabriel Julien-Laferrière est rompu aux comédies populaires ("Neuilly sa mère !", "SMS"). Il ne sort pas de ce registre, avec cette comédie de mœurs très contemporaine. Mais réussit presque le pari du film à hauteur d’enfants et d’adolescents en évitant la mièvrerie. L’argument de départ, cocasse, met en place une joyeuse utopie, qui évolue tout au long du film. Cela ne vole pas forcément très haut, mais pas trop bas, non plus - jusqu’à un inévitable happy end, un rien forcé (mais c’est la loi du genre).

Le casting assure son office. Celui des adultes évite les comédiens bankables trop grimaçants pour rassembler une kyrielle de quadras plutôt crédibles (Julie Gayet et Julie Depardieu composent deux sœurs crédibles avec Chantal Ladesou en guise de mère gentiment chargée; Thierry Neuvic, Philippe Katerine, Lucien Jean-Baptiste sont des ex mal assortis). Si parmi les enfants et ados les performances sont inégales, une certaine alchimie et une énergie communicative se dégagent. Et on retient l’interprète de Juliette, Chann Aglat, une sorte de Mélanie Thierry en miniature avec déjà pas mal de caractère et un vrai naturel.


"C'est quoi cette famille?" : Famille recomposée 2.0
©IPM

Réalisation : Gabriel Julien-Laferrière. Avec Julie Gayet, Thierry Neuvic, Lucien Jean-Baptiste,… 1h37