"Mechanic 2 : Resurrection" : On fait pas les malins, on fait du bourrin

Un film d’exploitation bas de plafond avec Jason Statham en tueur amoureux.

Hubert Heyrendt

Un film d’exploitation bas de plafond avec Jason Statham en tueur amoureux.

Des films comme celui-là, on ne pensait même pas que ça existait encore ! C’en est presque émouvant. On a l’impression de replonger au fin fond des années 80, quand Stallone, Van Damme ou Schwarzie pouvaient décimer à eux seuls des dizaines d’opposants armés jusqu’aux dents. Le "Rambo" des années 2000, c’est Jason Statham qui, depuis le premier "Transporteur", accumule les rôles de gros bras décervelés qui tirent sur tout ce qui bouge ou presque. On n’a pas réussi à tenir un compte précis mais, sur l’heure et demie du film, il doit bien exécuter de sang-froid une cinquantaine de personnes et s’en sortir sans une égratignure !

Statham retrouve ici son rôle d’Arthur Bishop du "Flingueur" de Simon West en 2011. C’est cette fois Dennis Ganzel (jeune cinéaste allemand découvert avec "La Vague" en 2008, depuis reconverti en faiseur hollywoodien) qui se colle à la "réalisation". C’est en effet un bien grand mot puisque "Mechanic : Résurrection" est une suite ininterrompue de scènes d’action plus ou moins bâclées, en tout cas jamais réellement spectaculaires. Montage haché et musique stridente de Mark Isham achèvent de jouer avec nos nerfs.

Le scénario quant à lui ne se donne même pas la peine d’être cohérent. Il se charge juste de nous promener de Rio à la Thaïlande, en passant par Sydney, la Malaisie et la Bulgarie : une carte postale, une scène de baston, une carte postale, une scène de baston. Sans même se fendre de la moindre once de second degré : on fait pas les malins; on fait du bourrin ! Le héros combat le grand méchant (qu’il a évidemment connu dans son enfance) pour sauver sa princesse.

Côté casting, Jason Statham fait du Statham (muscles saillants et visage inexpressif), Jessica Alba joue les jolies potiches en robes d’été, tandis que Tommy Lee Jones vient cachetonner pour payer sa nouvelle piscine…

Bref, un pur film d’exploitation destiné au marché vidéo qu’on s’étonne de retrouver en salles…


placeholder
© IPM

Réalisation : Dennis Ganzel. Scénario : Philip Shelby & Tony Mosher. Musique : Mark Isham. Avec Jason Statham, Jessica Alba, Tommy Lee Jones, Michelle Yeoh… 1 h 39.