"Storks" : L’impossible Monsieur Bébé

Mais qu’est-ce qui a piqué la Warner ? Pourquoi ressortir de la naphtaline le mythe des bébés apportés aux parents par des cigognes ? On l’avait oublié car, depuis dix-huit ans, les volatiles se sont reconvertis dans le commerce en ligne et livrent désormais des paquets.

Hubert Heyrendt

Mais qu’est-ce qui a piqué la Warner ? Pourquoi ressortir de la naphtaline le mythe des bébés apportés aux parents par des cigognes ? On l’avait oublié car, depuis dix-huit ans, les volatiles se sont reconvertis dans le commerce en ligne et livrent désormais des paquets. Mais, rêvant d’un petit frère pour lui tenir compagnie, un jeune garçon tombe sur un vieux prospectus et écrit une lettre aux cigognes. Orpheline de 18 ans jamais livrée à ses parents et oubliée chez les cigognes, Tulipe tombe sur la lettre et remet en route la machine à bébés. Accompagnée de Junior, jeune oiseau arriviste, elle va désormais livrer le bébé à bon port. Le début d’une éprouvante aventure…

Eprouvante pour les personnages mais surtout pour les spectateurs. S’il y a peu de chance que les plus petits sourient face à ce dessin animé frelaté, les parents risquent, eux, d’avaler de travers leur ticket de cinéma. Totalement rétrograde - on raconte de belles histoires aux gamins pour éviter de parler sexualité avec eux - ou complètement libéral - un bébé, n’en déplaise aux partisans de la Manif pour tous, ce n’est pas un papa et une maman mais une marchandise dont on passe commande ? Impossible de trancher… C’est en tout cas très con, convoquant péniblement tous les clichés sur l’enfance et le rôle de parents - ne manque que les choux et les roses… Une farce improbable signée Nicholas Stoller, ancien protégé de Judd Apatow et auteur de "Nos pires voisins I & II", comédies parentales hollywoodiennes soi-disant audacieuses mais finalement ambiguës et rétrogrades. Comme ici…


"Storks" : L’impossible Monsieur Bébé
©IPM

Réalisation : Nicholas Stoller et Doug Sweetland. Scénario : Nicholas Stoller. Photographie : Simon Dunsdon. 1h27