"Demain tout commence" : Omar Sy est si mauvais que cela en devient presque gênant

Hubert Heyrendt

Omar Sy en père courage dans une "belle leçon de vie".

Petit, son père lui a enseigné qu’il fallait réussir à dompter ou à tuer sa peur. Ce jour-là, Sam (Omar Sy) n’a pas osé sauter de la falaise dans la mer, mais il a retenu la leçon. Devenu adulte (façon de parler), il va être forcé à faire un sacré saut dans le vide. Alors qu’il mène une vie de bâton de chaise en tant que GO dans un luxueux club de vacances de la Côte d’Azur, le voilà rattrapé par le passé. Une blonde le réveille alors qu’il dort bien accompagné sur son yacht. Elle a un bébé dans les bras : "Je te présente ta fille… T’as pas 20€ pour payer le taxi ?" Et la donzelle (Clémence Poésy) de le planter sans laisser d’adresse. Elle réapparaît huit ans plus tard alors que Sam a refait sa vie comme cascadeur à Londres et qu’il est devenu un papa gateau digne d’une sitcom américaine des années 80. Il fait vivre sa fille dans un cocon de jouets, tandis qu’il a entretenu pour elle l’existence de sa mère, prétendument agent secret, en lui envoyant des cartes postales d’elle du monde entier…

Face à cette bonne grosse meringue, on se demande d’abord comment un producteur a accepté de se lancer dans l’aventure de "Demain tout commence". Si le côté mélo de bas étage, ultra gnangnan, ne fonctionne pas, le côté comédie n’est guère plus réussi, avec des blagues éculées sur les Français et les Anglais, les homos… Sans compter des situations à ce point ridicules, voire absurdes, qu’on ne croit pas un instant à ce scénario mal torché, remake d’une comédie mexicaine à succès de 2013, "No se aceptan devoluciones".

Scénariste de "La cage dorée" de Ruben Alves en 2013, Hugo Gélin signe ici son second long métrage après "Comme des frères" en 2012. Si sa mise en scène est à peine digne d’un mauvais téléfilm en prime time sur la RTBF, sa direction d’acteur est tout simplement catastrophique. Le film repose seulement sur la notoriété de son acteur principal. Mal dirigé (s’il est dirigé), Omar Sy est malheureusement mauvais comme un cochon, en fait des caisses dans la comédie et est toujours faux dans les moments dramatiques. A tel point que cela en devient presque gênant. Camille Poésy n’est guère plus convaincante dans le rôle totalement indigent de cette mère qui redébarque dans la vie de sa fille, interprétée par Gloria Colston, une gamine pleine de vie et de charisme qui constitue le seul rayon de soleil de ce film désolant.


"Demain tout commence" : Omar Sy est si mauvais que cela en devient presque gênant
©IPM

Réalisation : Hugo Gélin. Scénario : Hugo Gélin, Mathieu Oullion & Jean-André Yerlès. Musique : Raphaël Hamburger. Avec Omar Sy, Clémence Poésy, Antoine Bertrand, Gloria Colston… 1 h 55.

Sur le même sujet