"Papa ou maman 2" : Marina Foïs et Laurent Lafitte dans une suite qui tient ses promesses

Fernand Denis

Papa et maman remontent sur le ring. Martin Bourboulon et ses scénaristes relancent la comédie du remariage, version XXIe siècle.

On se souvient de la bonne impression générale laissée par cette comédie sur le divorce qui voyait les parents se déchirer pour ne pas avoir la garde de leurs trois enfants.

On ne se rappelait plus, toutefois, que le couple se reformait à la fin. Car c’est ensemble, deux ans plus tard, qu’ils accueillent leurs amis de toujours. Et comme nous, ceux-ci sont surpris par leur harmonie retrouvée autour de leur petite Charlotte de 15 mois. On se sent carrément trahi par sa mémoire jusqu’au moment où Vincent emmène son ami visiter sa cave. Et de traverser la rue, d’ouvrir la porte de la maison pile en face où il réside désormais en compagnie de sa nouvelle copine Béné.

Vincent et Florence sont donc bien divorcés mais toujours très proches, moins de 20 m - la largeur d’une rue et deux trottoirs - ce qui facilite la vie de leurs quatre enfants même si le calendrier de la garde alternée apparaît plus complexe que celui de la sixième reforme de l’Etat.

Tout roulait jusqu’au moment où, pressé par la curiosité de Vincent, Florence lui avoue qu’elle voit quelqu’un d’autre. Quelques jours plus tard, l’ex-mari rencontre le nouveau compagnon, lequel parle le japonais, fait disparaître une sciatique en deux cracs, et cherche des idées pour claquer tout le pognon qu’il a gagné en revendant sa start-up.

C’est amplement suffisant pour relancer la jalousie de Vincent, sur laquelle Flo embraie avec entrain. Voilà repartie pour un tour cette comédie du remariage, version XXIe siècle, car les enfants font désormais partie du scénario.

On ne change pas une équipe qui gagne. Et elle est alignée au complet.

Il y a ses deux scénaristes de luxe, De La Patelière et Delaporte - les auteurs du "Prénom" - qui ont retendu leur pitch, mitonné de savoureux dialogues, soigné la complicité avec le spectateur grâce à Jacques Brel. Il y a le brelan d’enfants, un carré même avec la petite Charlotte qui n’est pas la moins drôle. Il y a deux renforts, modestes mais efficaces, Sara Giraudeau et Jonathan Cohen dans le rôle des pièces rapportées.

Et puis, il y a nos deux stars qui s’éclatent. Marina Foïs et Laurent Lafitte boostent les scènes du plaisir qu’ils prennent à jouer leur jalousie hystérique. Signe d’un amour bien vivant ? On en oublierait le réalisateur, Martin Bourboulon, qui coache avec doigté sa dream team tellement unie (la juge Anne Le Ny et le patron Michel Vuillermoz sont revenus aussi). A défaut d’être originale, la suite tient ses promesses.


"Papa ou maman 2" : Marina Foïs et Laurent Lafitte dans une suite qui tient ses promesses
©IPM

Réalisation : Martin Bourboulon. Scénario : Alexandre De La Patellière, Matthieu Delaporte. Avec Marina Foïs, Laurent Lafitte, Sara Giraudeau, Jonathan Cohen… 1h26