"Comment j'ai rencontré mon père" : Comédie poussive, jamais drôle, aux dialogues mal torchés

Hubert Heyrendt

Habitant une jolie maison donnant sur la mer près de Dunkerque, Ava (Isabelle Carré), avocate, et Eliott (François-Xavier Demaison), libraire, sont totalement fous de leur petit Enguerrand. Un nom bien français pour un garçon africain que le couple a adopté il y a quelques années et qui s’interroge de plus en plus sur ses origines. Un soir, sur la plage, il voit débarquer un homme à la peau noire, comme la sienne. Il en est sûr : Kwabena est son père biologique. Alors, il le ramène chez lui et le cache dans sa chambre. Pris au dépourvu, ses parents se laissent convaincre par l’enfant de venir en aide à ce migrant clandestin ghanéen qui rêve de traverser la Manche pour rejoindre son frère en Angleterre. Dans un premier temps, ils le planquent dans la maison de repos du grand-père (campé par le fantasque Albert Delpy)…

Acteur vu notamment dans "L’exercice de l’Etat" ou "De l’autre côté du périph", Maxime Motte passe de l’autre côté de la caméra avec un premier long métrage tendre, qui aborde la question de la filiation (déclinée quasiment à travers tous les personnages du film, même secondaires). Faut-il être père adoptif ou juste un père ? Que dire face à un enfant qui pose, légitimement, des questions sur ses origines ? Sans oublier la question de la migration, à travers ce couple prêt, par humanité, à braver la loi pour venir en aide à un clandestin africain.

Le propos est évidemment noble. Mais Maxime Motte accouche d’une comédie poussive, jamais drôle, aux dialogues mal torchés et aux situations tellement artificielles qu’on n’y croit jamais, quand elles ne sont pas quelquefois carrément embarrassantes. Sans compter que, non dirigés, les comédiens jouent tous faux - pour leur défense, il faut dire qu’ils n’ont pas grand-chose à jouer. Si ce n’est pour le thème généreux du film ou par amitié avec Maxime Motte, on se demande bien pourquoi Isabelle Carré et Xavier Demaison ont accepté d’apparaître au générique de "Comment j’ai rencontré mon père".

Rien de détestable cependant. Juste un énième tout petit film français sans aucune ambition, calibré non pas pour le grand écran mais directement pour la soirée du dimanche devant France 3 ou la RTBF.


"Comment j'ai rencontré mon père" : Comédie poussive, jamais drôle, aux dialogues mal torchés
©IPM

Réalisation : Maxime Motte. Scénario David Charhon & Maxime Motte. Photographie : David Chambille. Montage : Louise Decelle. Avec François-Xavier Demaison, Isabelle Carré, Albert Delpy, Diouc Koma… 1 h 22.