"2:22" : Ecrit dans les étoiles

Hubert Heyrendt

Une romance tragique placée sous le signe du poids destin. C’est du lourd…

Beau gosse, Dylan est un contrôleur aérien surdoué de l’aéroport JFK, jonglant avec les avions dans le ciel comme s’il s’agissait de simples quilles. Quelques jours avant son 30e anniversaire, la vie du jeune homme bascule. Tous les jours à 2 h 22 de l’après-midi, il se passe des choses bizarres, comme dans son rêve, où il assiste au meurtre d’une jeune femme enceinte sous l’horloge de Grand Central Station. Et puis un jour, il manque de faire entrer en collision deux avions. Le soir-même, il rencontre Sarah, jolie blonde qui se trouvait justement sur l’un des deux vols. Entre les deux, le courant passe immédiatement !

De plus en plus perturbé par ce qui lui arrive (ce qui leur arrive ?), Dylan tente de trouver le schéma qui pourrait contenir toutes les coïncidences qui se bousculent dans sa vie et qui semblent prédire des événements tragiques…

Producteur et réalisateur australien, Paul Currie signe un film de science-fiction étrange, un thriller teinté d’un romantisme ultra-hollywoodien. Ainsi, glamourise-t-il à l’envi chaque geste de ses deux acteurs, très jolis il est vrai : le Hollandais Michiel Huisman (vu dans "Game of Thrones" et dans "Adaline") et l’Australienne Teresa Palmer (sosie de Drew Barrymore aperçue récemment dans "Tu ne tueras point" de Mel Gibson). Dans sa mise en scène, toujours appuyée, Paul Currie cherche la même joliesse, incapable de filmer une scène sans chercher un effet : mouvement de caméra virtuose, ralenti, image trafiquée…

Mais le pire, c’est sans doute le scénario, qui surjoue la réflexion autour du poids du destin et de la prédestination. Aucun espace n’est ici laissé au spectateur pour souffler. Chaque élément, chaque dialogue doivent absolument faire sens. Les avions dans le ciel de New York ne sont que le reflet de la trajectoire des étoiles et des constellations qu’elles forment. Tandis que radio et la télé ne font que parler de cette supernova illuminant la nuit, qui a explosé il y a 30 ans (l’âge, évidemment, de nos deux tourtereaux) et dont la lumière nous parvient seulement aujourd’hui…

De quoi alourdir encore un peu plus un film qui finit par se résumer à une mécanique un peu trop bien huilée, qui, à aucun moment, ne déviera de ses rails. Voilà qui est paradoxalement assez incompatible avec le thriller, censé ménager les effets de surprise. Et tout ça, in fine, pour nous dire que ces deux-là étaient destinés à s’aimer. Il n’y a pas de spoiler; on l’a compris dès leur premier regard…


placeholder
© IPM

Réalisation : Paul Currie. Scénario : Todd Stein&Nathan Parker. Musique : Lisa Gerrard James Orr. Avec Michiel Huisman, Teresa Palmer, Sam Reid… 1h39.